L’Italie lance un appel à la mobilisation en faveur de la Libye

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ROME

Des partenaires comme les États-Unis, ainsi que la Russie, l’Égypte et la Turquie sont essentiels pour trouver une solution à la crise libyenne, a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, après une réunion avec son homologue turc, Mevlüt Çavuşoğlu, à Istanbul.

« Il est important de maintenir une relation avec tous les acteurs qui peuvent avoir une influence en Libye afin de trouver une solution ensemble », a-t-il ajouté.

Dans l’après-midi du 7 janvier, Luigi Di Maio a souligné devant la presse à Bruxelles que certains pays interféraient dans la guerre civile libyenne, la transformant en une guerre par procuration. Il a cependant refusé de dire s’il allait aborder la question de l’ingérence extérieure lors de sa réunion avec Mevlüt Çavuşoğlu.

Mercredi 8 janvier, les ministres des Affaires étrangères de chypriote, grec, italien, français et égyptien se réuniront au Caire.

Donald Trump a pour sa part refusé de tenir une conférence de presse commune à la fin d’une réunion avec le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, et a également évité de faire une déclaration publique contre Ankara. (Gerardo Fortuna, Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

PARIS/ZAGREB

Une autre méthode pour adhérer à l’UE. Au cours d’une réunion à Paris le 7 janvier avec le Premier ministre croate, Andrej Plenković, le président français Emmanuel Macron a semblé assouplir quelque peu sa position sur l’élargissement, se disant ouvert à un changement de la méthodologie dans la procédure d’adhésion à l’UE. Pour sa part, Andrej Plenković a enjoint Emmanuel Macron à débloquer les négociations d’adhésion dès que possible.

Le président français a également reconnu les réactions de colère des États membres de l’Est suite à son refus d’ouvrir les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie en octobre 2019, soutenu par les Pays-Bas et l’Allemagne. (Euractiv France, Euractiv Croatie)

BERLIN

« Du sang neuf » pour la GroKo ? Le chef de l’Union chrétienne-sociale (CSU) et ministre-président de Bavière, Markus Söder, a appelé à un remaniement ministériel lundi 6 janvier. Il a déclaré au journal Bild am Sonntag « que nous devrions rajeunir et renouveler l’équipe gouvernementale d’ici le milieu de l’année » et veut que « des forces nouvelles et fraîches » s’occupent des questions liées aux entreprises et à l’innovation. Selon lui, cela permettrait à l’Allemagne de mieux faire face à la concurrence des États-Unis et de la Chine.

Cette suggestion a été accueillie avec prudence par la chancelière allemande Angela Merkel, mais soutenue par la cheffe de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

LONDRES

VDL rencontre Boris. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devrait évoquer les perspectives d’un accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni dans un discours prononcé à la London School of Economics, à la suite de sa première visite au Premier ministre britannique au 10, Downing Street, ce mercredi 8 janvier. Boris Johnson soulignera son désir de conclure un accord commercial avec l’UE d’ici à la fin décembre 2020, lorsque la période de transition qui maintient les règles existantes en place arrivera à son terme. L’UE a averti à plusieurs reprises que le calendrier serré limite les options pour un nouvel accord.

Mardi, le porte-parole de la Commission, Eric Mamer, a déclaré que la réunion « préparerait le terrain » pour le prochain cycle de négociations. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

VIENNE

Le nouveau gouvernement conservateur-vert fait œuvre pionnière en matière de climat. Mardi 7 janvier, exactement 100 jours après les élections législatives, la nouvelle coalition entre le parti conservateur ÖVP du chancelier Sebastian Kurz et les Verts, s’est mise d’accord sur un programme gouvernemental. Bien que le programme définisse des objectifs environnementaux ambitieux, notamment l’intention de parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2040 et de dépendre entièrement des énergies renouvelables d’ici à 2030, il contient également des politiques dures en matière de sécurité et de migration, ce qui a déjà suscité la controverse parmi les partisans des Verts. Reste à savoir combien de temps cette association improbable va pouvoir durer. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

MADRID

Pedro Sánchez a été réélu à l’issue d’un vote serré. Le leader socialiste Pedro Sánchez a été réélu mardi 7 janvier au poste de Premier ministre espagnol avec seulement deux voix d’avance (167 pour, 165 contre). Avec le parti de gauche Podemos, il dirigera le premier gouvernement de coalition de l’histoire du pays depuis la Seconde République dans les années 30.

Pedro Sánchez est confronté à un mandat difficile. Les libéraux, le centre droit et l’extrême droite ont affiché une opposition farouche lors du débat parlementaire, ce qui l’a obligé à s’appuyer sur le parti indépendantiste catalan et les séparatistes basques pour obtenir le soutien nécessaire à sa réélection. (Jorge Valero, Euractiv.com)

DUBLIN

Marche silencieuse » contre le parti au pouvoir en Pologne. Un juge de la Cour suprême irlandaise prendra position contre Droit et Justice (PiS), le parti au pouvoir en Pologne, ce samedi 11 janvier, dans le cadre d’une « marche silencieuse » contre les réformes judiciaires prévues dans le pays. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

HELSINKI

Tourisme russe en dents de scie. Les Russes célèbrent Noël autour du Nouvel An et pour beaucoup, la destination de vacances choisie après la Turquie reste leur voisin du nord-ouest, la Finlande.

Mais les chiffres ont été volatils ces dernières années, ce qui est un indicateur révélateur de l’évolution des habitudes de consommation, de l’état de l’économie russe et de l’effet des sanctions de l’UE.

En 2013, jusqu’à 1,6 million de Russes ont visité la Finlande. Après cette année record, la Russie a occupé la péninsule de Crimée en 2014 et le tourisme à l’étranger a piqué du nez. En 2016, le nombre de Russes visitant la Finlande est tombé à 700 000. (Pekka Vänttinen)

VARSOVIE

Quelle est la prochaine étape pour les troupes polonaises en Irak ? Les opérations d’entraînement des troupes polonaises en Irak ont été interrompues en raison des événements qui ont suivi la frappe américaine contre le général iranien Qassim Soleimani. La Pologne a annoncé qu’elle « retirera [it] ses troupes du pays » si le gouvernement irakien décidait qu’il ne voulait plus de son soutien, mais qu’elle était déterminée à rester en Irak dans le cadre de sa mission pour l’OTAN. (Łukasz Gadzała | EURACTIV.pl). (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BRATISLAVA/PRAGUE

Des troupes en Irak. La Slovaquie a temporairement déplacé ses sept soldats, qui font partie de la mission de formation de l’OTAN en Irak. Mais les 40 soldats et policiers tchèques actuellement déployés en Irak y resteront. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie, Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

SOFIA

Protestations contre le système de péage. Les transporteurs routiers et d’autobus organiseront une manifestation nationale contre le système de péage lundi 13 janvier. Cela pourrait affecter le transport de marchandises et de fret, étant donné que le mouvement sera lancé pour une durée indéterminée. (Dnevnik)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER