L’UE doit trouver une solution « d’ici la fin de l’année » face au terrorisme en ligne (Beaune)

"Aujourd'hui les plate-formes ne sont pas responsables de leurs contenus et c'est quelque chose qu'il faut changer". [EPA-EFE/RUNGROJ YONGRIT]

Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, a plaidé pour trouver une solution « d’ici la fin de l’année » afin d’imposer aux plate-formes numériques de retirer rapidement les contenus terroristes en ligne.

Ce sujet sera porté par Jean Castex qui se rend ce vendredi 23 octobre à Bruxelles pour rencontrer pour la première fois la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, à qui il présentera également le plan de relance français.

Question: Après la décapitation d’un enseignant en banlieue parisienne, le sujet de la haine en ligne et de la diffusion des contenus terroristes est revenu sur le devant de la scène. Or, l’UE semble peiner à réguler les plate-formes numériques. Que peut porter la France ?

Réponse: « Deux choses. A court terme, il y a un règlement européen qui est sur la table, qui est bon car il permet de demander en cas d’attaque terroriste le retrait des contenus dans un délai d’une heure. Mais cela est bloqué entre le Parlement européen et les Etats membres, avec des questions légitimes sur la liberté d’expression, sur les moyens donnés aux plate-formes. Mais lutter contre le terrorisme en ligne, c’est la meilleure arme pour préserver la liberté d’expression. Donc, on appelle à se remobiliser pour débloquer le sujet, sachant que cela fait déjà deux ans que ce règlement a été proposé. Il faudrait que d’ici la fin de l’année, on ait trouvé un accord.

Et il y a une proposition que fera la Commission début décembre, sur la question de la régulation du monde numérique en général, mais qui doit aussi comporter un renforcement des règles de lutte contre les contenus terroristes ou violents. Aujourd’hui les plate-formes ne sont pas responsables de leurs contenus et c’est quelque chose qu’il faut changer. »

Q: Quarante milliards d’euros sur les 100 du plan de relance français doivent être apportés par l’Union européenne. Où en est-on du processus pour que ces fonds soient débloqués, alors que les discussions achoppent avec le Parlement européen sur le budget et le plan de relance européen?

R: « On a été le premier pays à dévoiler notre plan de relance. Chaque pays pouvait envoyer à partir du 15 octobre son plan à la Commission pour le présenter et on voulait marquer cet engagement rapide par cette rencontre entre le Premier ministre et la présidente de la Commission.

On essaye d’avoir un accord avec le Parlement européen. Ça met quelques semaines, un peu plus que ce qu’on aurait aimé. J’espère que dans les 2-3 semaines qui viennent, on pourra avoir un accord qui permettra d’avoir un budget pour 2021-2027 et un plan de relance en place début 2021. C’est un objectif atteignable.

Ensuite, il y aura une coordination de ces plans de relance lors d’une discussion qui aura lieu tout début 2021 entre la Commission et les Etats membres. »

Q: Il existe aussi des désaccords au sein des Etats membres, certains voulant conditionner les aides versées au respect de l’état de droit, ce que la Pologne et la Hongrie refusent. A force de débats, y a-t-il un risque que ces fonds n’arrivent pas ou trop tard ?

R: « J’espère que l’on trouvera un compromis d’ensemble d’ici la mi-novembre. On est engagé avec les Allemands là-dessus et c’est notre objectif pour ne pas ralentir l’ensemble du budget et le plan de relance au niveau européen. Il y a un intérêt commun de démontrer l’efficacité de l’Union européenne. On a été très rapide pour trouver un accord en juillet entre Etats membres, il ne faut pas perdre cet élan. Puis beaucoup de pays qui ont des débats ou qui bloquent ont un intérêt majeur à avoir des fonds rapidement. Il y a un épisode de tension normal car on est dans une négociation, il y a des montants jamais vus. Que tout cela mette quelques semaines à atterrir n’est pas une aberration démocratique et politique. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe