L’UE sanctionne la Belgique pour un Internet trop lent

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BRUXELLES

La Belgique devra payer une amende de 5 000 € par jour tant que la directive européenne sur le déploiement de l’internet rapide dans la Région de Bruxelles-Capitale n’aura pas été entièrement mise en œuvre, a déclaré la Cour de justice européenne.

C’est la première fois qu’un État membre est tenu de payer une amende pour une première infraction.

Le verdict de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), dont le siège est à Luxembourg, a été rendu après que la Commission européenne a poursuivi la Belgique il y a deux ans pour non-transposition en droit national d’une directive européenne de 2014 visant à encourager le développement du haut débit dans l’Union.

L’exécutif européen avait initialement demandé une amende journalière de 54 639 euros, mais il a fini par réduire sa demande. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com).

PARIS

Rupture de stock. Un nouveau plan national pour l’accès aux médicaments en France sera mis en œuvre dès septembre 2019. Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, il permettra de s’attaquer à la « pénurie croissante de médicaments ». Selon une enquête, 25 % des Français se sont déjà vu refuser un traitement par manque de médicaments. Parmi les traitements les plus souvent en rupture de stock figurent certains vaccins, les antibiotiques, les médicaments antiparkinsoniens et certains médicaments contre le cancer, selon la ministre. En 2017, 538 signalements de ruptures ou tensions d’approvisionnement ont été identifiés en France par l’Agence nationale du médicament (ANSM), contre 44 en 2008. (Euractiv France)

ROME

Malentendus. Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini s’est plaint d’avoir à s’attaquer à l’immigration illégale, tandis que la ministre de la Défense Elisabetta Trenta l’a accusé d’avoir autorisé la suspension de l’opération Sophia, la mission militaire européenne visant à perturber le modèle commercial des passeurs en Méditerranée. Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a convoqué une réunion aujourd’hui afin d’éviter les « chevauchements et les malentendus » entre les différents ministères sur la question des migrations. Par ailleurs, le comité national pour l’ordre et la sécurité publique, présidé par Matteo Salvini, a décidé que des bateaux militaires de la marine et de la Garde des finances seraient utilisés pour lutter contre l’immigration illégale et « pour la défense » des ports italiens. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHÈNES

Le nouveau gouvernement entre en fonction. Kyriakos Mitsotakis, le vainqueur incontestable de l’élection de dimanche dernier, a annoncé un nouveau gouvernement qui prendra ses fonctions aujourd’hui à midi. Il se compose à la fois de politiciens et de technocrates, mais le nombre de ces derniers est inhabituel dans la politique grecque : plus de 20. Le gouvernement conservateur comprend également au moins sept membres d’origine socialiste-démocrate, dans un effort clair du parti Nouvelle Démocratie (PPE) pour s’ouvrir aux autres forces politiques.

Ce qui a provoqué la réaction de KINAL (S&D), qui a suspendu deux de ses membres pour avoir rejoint le gouvernement conservateur. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

NICOSIE

Escalade des tensions. Un deuxième navire de forage turc, appelé Yavuz, est arrivé lundi au large de Chypre. Hier soir, la Turquie a publié un nouveau NAVTEX, selon lequel Yavuz va forer jusqu’au 30 septembre avec l’aide de trois navires de soutien. Le Yavuz rejoint ainsi le Fatih, un autre navire de forage turc stationné au large de la côte ouest de l’île à la recherche de gaz naturel. Chypre a déjà protesté contre l’agression de la Turquie à l’ONU et a émis des mandats internationaux contre tous ceux qui aident la Turquie dans ses forages illégaux.

La Haute Représentante de l’UE, Federica Mogherini, a mis en garde hier la Turquie contre son intention de lancer une nouvelle opération de forage dans le nord-est de Chypre. Elle a déclaré que « l’intention déclarée de la Turquie de mener illégalement une nouvelle opération de forage au nord-est de Chypre est très préoccupante », la qualifiant de « nouvelle escalade inacceptable qui viole la souveraineté de Chypre ».

« L’Union européenne réagira de manière appropriée et en pleine solidarité avec Chypre », a-t-elle conclu. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

VARSOVIE

Champions nationaux. Lors du sommet des Balkans occidentaux de Poznan, la Pologne a rejoint la France et l’Allemagne et signé une déclaration sur la politique de concurrence de l’UE. Son objectif est de faciliter la création de champions nationaux. Dans le cas de la Pologne, cela signifie qu’il pourrait être plus facile de fusionner deux compagnies pétrolières publiques – Orlen et Lotos. La semaine dernière, Orlen, la plus grande entreprise pétrochimique d’Europe centrale et orientale, a officiellement soumis une demande d’autorisation à la Commission européenne. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

La Slovaquie se félicite du projet de la Croatie d’adopter l’euro. La Croatie est sur la bonne voie, mais doit travailler sur sa dette qui est supérieure au seuil de 60 %, a déclaré le ministre slovaque des Finances Ladislav Kamenický (SMER-SD, PSE) en marge de la réunion de l’Eurogroupe. La Slovaquie, seul membre de l’Eurogroupe dans la région de Visegrad, assiste déjà la Bulgarie dans sa volonté de rejoindre la zone euro. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

La Palestine fait confiance à l’Europe : Le ministre des Affaires étrangères, Tomáš Petříček, a rencontré son homologue palestinien Riyad al-Maliki pour discuter de leur future coopération. Al-Maliki a déclaré après la réunion qu’on lui avait assuré que l’ambassade tchèque resterait à Tel-Aviv et ne serait pas déplacée à Jérusalem comme l’avait proposé le président tchèque Miloš Zeman. « Je ne fais pas confiance aux Américains, mais aux Européens si », a déclaré Riyad Al-Maliki dans une interview accordée à l’agence de presse tchèque. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

LJUBLJANA

Police et armée à la frontière avec la Croatie. Après des patrouilles conjointes avec l’Italie à la frontière, le Premier ministre slovène Marjan Šarec a annoncé un renforcement de la police et de l’armée à la frontière « verte » avec la Croatie suite à l’augmentation de l’afflux de migrants. Il a ajouté que le problème des migrants clandestins entrant en Slovénie ne pouvait être résolu qu’en déployant Frontex aux frontières extérieures de l’UE.

Karl Erjavec, ministre de la Défense, a déclaré qu’il fera tout ce qui est nécessaire pour que les gens « se sentent en sécurité ». Cette année, 5 000 migrants en situation irrégulière ont été arrêtés en Slovénie, dont la moitié a été renvoyée en Croatie, et environ 130 trafiquants d’êtres humains ont également été arrêtés. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

ZAGREB

La Croatie travaillera à la coopération entre l’UE et la Turquie. Les ministres de l’Intérieur croate, Davor Božinović, et turc, Suleyman Soylu ont signé un mémorandum de coopération entre les académies de police des deux pays, se félicitant de la poursuite de la coopération dans la lutte contre le terrorisme international, les migrations illégales et le trafic de drogue. Le Premier ministre Andrej Plenković a déclaré au ministre Suleyman Soylu que la Croatie, pendant sa présidence du Conseil européen au premier semestre 2020, continuerait à promouvoir un dialogue et une coopération constructifs entre l’UE et la Turquie. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

SARAJEVO

Conflit dès l’arrivée d’Erdoğan. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan est arrivé à Sarajevo lundi pour une visite officielle de deux jours et immédiatement après son arrivée, un conflit avec la police des frontières bosniaque a éclaté. « Ils étaient agressifs, agissant comme s’ils étaient dans leur propre pays. Ils ne respectent pas du tout nos lois. Il y a eu des bousculades et on a refusé de se conformer à la procédure et aux contrôles réguliers. Ils méritaient tous d’être appréhendés », a déclaré le chef de la police des frontières bosniaque, Zoran Galić. Jutarnji list, le partenaire média d’Euractiv rapporte que les gardes du corps d’Erdoğan ont saisi leurs armes et un conflit direct avec la police des frontières a été évité de justesse. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.