L’UE trouve un accord sur son nouveau programme pour la santé

[EPA-EFE/CATI CLADERA]

Le Conseil (les pays) et le Parlement européen sont parvenus à un accord sur le montant des fonds qui seront consacrés au programme « EU4Health » afin de préparer les systèmes de santé de l’Union à mieux affronter les menaces futures. Un article d’Euroefe.

Après de longues et difficiles négociations, le nouveau programme « EU4Health » (l’UE pour la santé), sera finalement doté d’une enveloppe budgétaire de 5,1 milliards d’euros pour la période 2021-2027. Le programme investira dans des mesures de promotion de la santé et de prévention des maladies et préparera les systèmes de santé européens à faire face aux futures menaces sanitaires, explique le Parlement européen dans un communiqué.

« Il était essentiel d’augmenter le financement du programme « EU4Health » [en le faisant passer] de 1,7 à 5,1 milliards d’euros, afin de pouvoir faire face aux futures pandémies et menaces sanitaires et pour rendre nos systèmes de santé plus résistants », souligne l’eurodéputé roumain et négociateur du Parlement, Cristian-Silviu Busoi.

Selon lui, « la crise du Covid-19 a mis en évidence la nécessité de disposer d’instruments de santé bien définis et financés de manière adéquate. Nous devons également stimuler l’innovation et investir davantage dans la santé en général ».

Cristian-Silviu Busoi a également souligné que l’accord conclu au soir du 14 décembre contribuerait à la mise en place d’un stock de produits utiles en cas de crise sanitaire, tels que des médicaments essentiels, des vaccins et des dispositifs médicaux.

Un système transfrontalier

L’un des principaux objectifs du programme « EU4Health » est de mieux préparer l’Union à affronter les grandes menaces transfrontalières en matière de santé, et ce non seulement pour faire face aux futures épidémies, mais aussi pour affronter les défis à long terme, tels que le vieillissement de la population et les inégalités en matière de santé.

L'UE veut se préparer aux futures pandémies en créant une autorité dédiée

Alors que les Vingt-Sept font face en rangs dispersés au Covid-19, Bruxelles a dévoilé mercredi son projet d' »Union de la santé » pour donner à l’UE les moyens d’affronter les futures crises sanitaires, notamment en créant une nouvelle autorité aux pouvoirs étendus.

À cette fin, l’Autorité européenne de préparation et d’intervention pour les urgences sanitaires sera créée. Elle aura pour tâche d’aider à fournir, au niveau de l’UE, une meilleure réponse aux menaces sanitaires transfrontalières et recevra un financement du programme.

Étant donné qu’« un public bien informé est essentiel pour prévenir les maladies et y faire face », le programme soutiendra également des actions en matière de communication, destinées à promouvoir la prévention des maladies, un mode de vie sain et à lutter contre la désinformation, souligne le communiqué.

20% du budget total du programme seront consacrés à la promotion de la santé et à la prévention des maladies, ciblant notamment les risques sanitaires comme la consommation nocive d’alcool et de tabac.

Médicaments et matériel médical

Les institutions européennes ont constaté que la pandémie de coronavirus – dont une deuxième vague met actuellement l’Europe à rude épreuve – avait mis en exergue de nombreuses faiblesses au sein des systèmes de santé nationaux, notamment leur dépendance vis-à-vis de pays tiers pour la fourniture de médicaments, de dispositifs médicaux et d’équipements de protection individuelle.

La Commission entend rapatrier la production de médicaments en Europe

L’UE doit trouver des moyens de relancer la production de médicaments et de substances pharmaceutiques en Europe pour éviter que la pénurie actuelle ne se répète à l’avenir, affirme Stella Kyriakides, la commissaire européenne à la santé.

Elles ont donc décidé que le programme soutiendrait des actions visant à favoriser la production, l’achat et la gestion de ces produits afin de les rendre plus disponibles et abordables au sein de l’UE. Il doit aussi permettre d’encourager le développement de médicaments et de dispositifs médicaux moins nocifs pour l’environnement.

La numérisation des soins de santé, qui inclut le soutien à la création d’un espace européen de données sur la santé, fait également partie de l’accord.

Le soutien aux actions destinées à promouvoir l’accès à une prise en charge sanitaire de qualité – y compris l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive et la lutte de l’UE contre le cancer – figure également parmi les priorités du programme de santé de l’UE pour les sept prochaines années.

Dernier point, le programme envisage de soutenir des initiatives sanitaires au niveau mondial, par exemple des actions proposées par l’Organisation mondiale de la santé.

Subscribe to our newsletters

Subscribe