L’Europe « bonne pour la France » reste au coeur du story telling de Macron

Pour ses premiers vœux en tant que Président, Emmanuel Macron a mis l'accent sur la relance de l'Europe. [Frederic Legrand - COMEO/Shutterstock]

Lors de ses voeux, le président français a insisté sur la dimension européenne à plusieurs reprises.

Pour ses premiers vœux en tant que président, Emmanuel Macron a dit dimanche vouloir « faire vivre » la « renaissance française » en maintenant en 2018 le cap des réformes et en s’appuyant sur le couple franco-allemand.

Emmanuel Macron a par ailleurs réclamé le soutien des citoyens européens pour « dessiner un grand projet » pour l’Europe, en s’adressant directement à eux.

« Mes chers concitoyens européens, 2018 est une année toute particulière et j’aurai besoin cette année de vous », a-t-il déclaré, appelant à ne céder « ni aux nationalistes ni aux sceptiques ».

« Je crois profondément que l’Europe est bonne pour la France » et « nous avons besoin de retrouver l’ambition européenne » pour « faire face à la Chine, aux États-Unis », a-t-il souligné.

Macron, roi de l’Europe ?

Sept mois après son élection, Emmanuel Macron s’est imposé comme une force sur la scène internationale. Alors que certains voient en lui le « nouveau leader de l’Europe », le couple franco-allemand demeure crucial pour mettre en place ses idées. Un article de notre partenaire le Tagesspiegel.

« Je continuerai à travailler tout particulièrement avec l’Allemagne. Ce colloque intime avec nos amis allemands est la condition nécessaire à toute avancée européenne », a dit M. Macron qui n’a pas évoqué le Brexit.
Sur le plan national,  le président Macron  a soutenu que les « transformations profondes », commencées en 2017, « se poursuivront avec la même force en 2018 ».

« Je sais que plusieurs d’entre vous ne partagent pas » la politique du gouvernement, « je les respecte et je les écouterai toujours (…) mais pour autant je n’arrêterai pas d’agir », a assuré M. Macron, en costume et cravate sombres, assis derrière l’un de ses bureaux, avec derrière lui les drapeaux français et européen.

Élu en mai sur un programme centriste et pro-européen, M. Macron a réussi lors des premiers mois de son mandat à faire voter plusieurs réformes comme celle du Code du travail sans forte contestation, alors que l’économie, comme dans toute l’Europe, est en train de se redresser.

Les réformes « se poursuivront avec la même force, le même rythme, la même intensité pour l’année 2018 », a insisté M. Macron dont la popularité dans les sondages est en hausse après une nette chute cet été.

Le discours de Macron déclenche de multiples réactions dans l’UE

Les réactions aux discours ambitieux d’Emmanuel Macron sur l’Europe ont déclenché des réactions diverses dans l’UE, qui traduisent bien les divisions auxquelles il devra faire face pour aller au bout de son projet.

Europe et engagement : deux messages pour les jeunes

Lors d’une seconde vidéo publiée sur les réseaux sociaux, plus courte et « à destination des jeunes », le président a également choisi l’Europe comme un des deux sujets majeurs pour 2018, avec le thème de l’ «engagement ».

« J’ai besoin de vous, jeunes Européens, pour vous engager dans les consultations citoyennes et dire quelle Europe vous voulez » a précisé le chef de l’Etat. Baptisées au départ « conventions démocratiques », les consultations, désormais citoyennes ont été rebaptisées après des réactions mitigées des autres Etats membres qui y voyaient une mobilisation politique macroniste plutôt qu’une consultation « neutre ».

Le principe de réalité rattrape les projets de démocratie européenne de Macron

Consultation des citoyens, liste transnationales : la France tente de dérouler le projet Macron pour l’Europe. Mais avec des ambitions revues à la baisse.

 

Contexte

Subscribe to our newsletters

Subscribe