L’actu en capitales : le centre-gauche tente de s’unir pour bloquer le PPE après les élections

Dimitris Papadimoulis [European Parliament]

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

BRUXELLES / STRASBOURG

Convergence « progressiste » pour la Commission : Des eurodéputés de centre gauche ont envoyé une lettre aux Spitzenkandidaten socialiste, verts et de la gauche, leur demandant d’atteindre la convergence la plus large possible avant et après les élections européennes de mai prochain. La missive est signée par le Caucus progressiste, un groupe informel d’eurodéputés GUE/NGL, verts et socialistes (S&D).

Le groupe des verts a choisi deux Spitzenkandidaten, Ska Keller et Bas Eickhout, tandis que le S&D est représenté par Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission néerlandaise. Le groupe GUE/NGL soutiendra quant à lui Nico Cue et Violeta Tomic.

« L’objectif de cette initiative est double. D’une part, établir l’alliance progressiste la plus large possible pour le changement qui doit s’opérer en Europe et, d’autre part, empêcher l’élection de M. Weber à la présidence de la Commission européenne, qui ne peut être mise en œuvre que par une alliance d’extrême droite à la Salvini. » explique Dimitris Papadimoulis, vice-président du Parlement européen.

Manfred Weber a pour sa part déclaré qu’il voulait établir un pont entre les différentes forces du PPE. Il estime toutefois qu’une Europe plus forte n’est possible qu’avec des partis clairement pro-européens, qu’ils soient sociaux, libéraux, verts ou PPE. « C’est dans ce domaine que je recherche la volonté de coopérer et de travailler ensemble. » (Sarantis Michalopoulos, Euractiv)

BERLIN

Exportation d’armes : Plusieurs députés sociaux-démocrates (SPD) soutiennent une interdiction définitive des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas (également SPD), s’est au contraire récemment prononcé en faveur d’un assouplissement de l’interdiction afin de faciliter le processus de paix au Yémen. Une étude publiée par l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm a montré que l’Allemagne a augmenté ses exportations de 13 %. De 2014 à 2018, sa part dans le commerce mondial des armes était de 6,4 %, contre 6,1 % entre 2009 et 2013. Les sous-marins étaient les armes allemandes les plus vendues. (Euractiv Allemagne)

ATHÈNES

Versement en suspens : Dans le cadre de la surveillance post-renflouement, l’Eurogroupe a salué les progrès réalisés par le gouvernement grec dans les réformes, mais a noté qu’il restait encore des problèmes à résoudre, tels que les prêts non productifs. Il a donc décidé de reporter le versement prévu d’un milliard d’euros et la question sera examinée le 5 avril.

Nouvel appel d’offres pour le charbon : Après une tentative infructueuse, le gouvernement a lancé un nouvel appel d’offres pour la privatisation de quatre centrales électriques au lignite de la Public Power Corporation (PPC). Le processus sera achevé le 19 mars. La procédure aurait été accélérée sous la pression des institutions européennes. Le président et chef de la direction du CPP a averti que si l’appel d’offres échouait à nouveau, ce serait la faute de la Commission européenne. (Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

BRATISLAVA

Non, merci : Le ministère slovaque de la Défense, a officiellement refusé un investissement américain de 105 millions d’euros dans le programme d’Initiative de dissuasion européenne, initié en 2014 par Washington pour accroître la présence des Etats-Unis en Europe pour des questions de sécurité suite à l’annexion de la Crimée par la Russie.

Même si les ressources étaient censées améliorer l’infrastructure de base de deux aéroports militaires, le ministère slovaque estime que l’aide américaine interfère dans la souveraineté de la Slovaquie. « La Slovaquie a assez de ressources pour financer de tels projets », a déclaré Andrej Danko, président du parlement. (Lucia Yar, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Que c’est (finalement) bon d’être dans l’UE : le président tchèque Miloš Zeman, bien connu pour ses positions pro-russes, a déclaré dans une interview avec l’agence de presse tchèque que « dans un monde instable comme celui-ci, c’est bien de faire partie de l’UE, qui est plus ou moins une alliance économique, et d’une alliance militaire comme celle de l’OTAN. »

Miloš Zeman a tenu ces propos à la veille du 20ème anniversaire de l’adhésion de la République tchèque à l’OTAN. En mai, le pays célèbrera aussi ses 15 ans d’adhésion à l’UE. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

SOFIA

Cherche investisseurs pour centrale nucléaire : La société nationale d’électricité bulgare a lancé un appel d’offres pour choisir un investisseur stratégique pour la centrale nucléaire de Belene. Les participants doivent dire s’ils cherchent à obtenir une part minoritaire et s’ils voudront acheter de l’électricité de la centrale une fois construite. Le ministre de l’Energie, Temenuzhka Petkova, a déclaré que quatre entreprises avaient déjà exprimé leur intérêt dans le projet : le Chinois CNNC, le Français Framatome, Korea Hydro & Nuclear Power et l’Américain General Electric. (Dnevnik.bg)

ZAGREB

Une ministre démissionne : La ministre du Développement régional et des fonds européens, Gabrijela Žalac, qui a percuté une jeune fille en conduisant alors que son permis de conduire n’était pas valide, a soumis sa démission qui n’a pas été acceptée par le Premier ministre, Andrej Plenković. Celui-ci estime que détenir un permis non valide était « une omission » et que la ministre a payé une amende d’écart de conduite. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

BELGRADE

Négociations finales avec l’UEE : Le ministre serbe du Commerce, Rasim Ljajić, se rendra à Moscou pour s’entretenir avec la ministre du Commerce de l’Union économique eurasiatique, Veronika Nikishina, au sujet de la signature des accords de libre-échange.

Jusqu’à présent, les obstacles aux négociations ont été les quotas d’exportation de cigarettes, de certains types de fromages et de brandy. L’UEE comprend la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Arménie et le Kirghizstan, et les échanges commerciaux de la Serbie avec ces pays s’élèvent à 2,8 milliards de dollars, dont 90% avec la Russie.  (Julija Simić, Beta-EURACTIV.rs)

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.