La politique régionale pour lutter contre la mutation démographique

Les régions européennes se transforment. La population vieillit et quitte la campagne. Les villes s’agrandissent, les villages périssent. Ces changements démographiques entraînent plusieurs difficultés, tant et si bien que les infrastructures peinent à les résorber.

Les régions européennes se transforment. La population vieillit et quitte la campagne. Les villes s’agrandissent, les villages périssent. Ces changements démographiques entraînent plusieurs difficultés, tant et si bien que les infrastructures peinent à les résorber. Un article d’Euractiv Allemagne.

Dans de nombreuses capitales européennes, la situation du logement pose de véritables interrogations d’ordre social. Le marché de l’emploi ne parvient plus à suivre l’offre excédentaire de main-d’œuvre, engendrant une augmentation de la précarité et du sans-abrisme. Les systèmes sociaux se trouvent plus que jamais sous pression. De plus, le vieillissement de la population perturbe également le système de pension : le nombre de travailleurs qui versent leurs cotisations est en berne, tandis que le nombre de bénéficiaires ne cesse de croître.

Ce problème est connu dans les couloirs de Bruxelles. Il incombe d’ailleurs en partie aux eurodéputés de la commission parlementaire du développement régional (REGI) de trouver des solutions. Lundi (1er février), ceux-ci se sont entretenus pour préciser la façon d’utiliser le Fonds de cohésion afin de lutter contre le changement démographique. Un rapport à cet effet devrait bientôt être esquissé, reprenant des recommandations à l’intention de la Commission européenne.

« Ces tendances démographiques ont de grandes répercussions sur toutes les communes locales », a déclaré Daniel Buda (PPE), député européen chargé du dossier au cours du débat. Sa patrie, la Roumanie, est particulièrement touchée par l’exode rural : rien qu’en 2019, 240 000 Roumains ont quitté la campagne, une augmentation de 8 % par rapport à 2018.

Les collectivités locales se mobilisent pour l’avenir de l’Europe 

À l’occasion de son 70e anniversaire, le Conseil des Communes et Régions  d’Europe (CCRE) est revenu jeudi (28 janvier) sur l’importance des gouvernements locaux lors d’un webinaire. Crises sanitaire, climatique, économique, les défis à relever sont nombreux et les autorités locales, en première ligne. Au-delà de la gestion de crise, les territoires peuvent également façonner une meilleure Europe à l’horizon 2051.

Toutefois, ce phénomène apparaît en réalité dans la quasi-totalité des États membres, d’après M. Buda. Depuis la crise financière de 2008, les inégalités économiques entre les États membres se sont creusées ; le problème a donc pris en importance. « Les défis qui se profilent sont très différents ». Si les régions pauvres subissent les conséquences économiques et structurelles de l’exode rural, les régions plus riches se retrouvent submergées et manquent de ressources.

Des perspectives locales

Comment pallier ces difficultés ? Selon le député, il est nécessaire d’élaborer des instruments « simples, souples et attrayants ». Les citoyens ont surtout besoin de perspectives locales. C’est pourquoi il est nécessaire de stimuler la valeur ajoutée locale. Ainsi, le développement de l’internet à haut débit y contribuera en créant de l’emploi. Les infrastructures doivent également être renforcées, notamment les transports en commun, dans le but d’améliorer la connectivité avec la campagne.

Par ailleurs, M. Buda propose également d’ébaucher un « Pacte démographique » en plus du Pacte vert pour l’Europe. Celui-ci rassemblerait un train de mesures ayant pour objectif de répartir la population européenne sur le continent de façon équitable et aborderait les questions de financement pour ce faire. Le représentant roumain a en outre salué la procédure de consultation lancée par la Commission la semaine dernière afin d’esquisser une stratégie visant à contrer le vieillissement de la société.

 Les femmes sont particulièrement menacées

Monika Vana, députée autrichienne verte et membre de la commission REGI, a également soutenu la procédure susmentionnée. « La politique régionale de l’UE doit cibler le vieillissement à la campagne », a-t-elle avancé lors d’un entretien avec Euractiv Allemagne. « C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de projets d’infrastructure ciblés […]. Les régions rurales doivent aussi être attrayantes pour la génération plus jeune ».

Mme Vana veut attirer l’attention sur la situation des jeunes femmes, qui ont été particulièrement touchées par la crise sanitaire. Là où les crèches et les écoles ont été contraintes à la fermeture, nombre d’entre elles ont dû quitter leur emploi, tandis que l’époux continue lui de travailler. Cette décision qui semble judicieuse dans certains cas, parce que la plupart du temps les hommes gagnent toujours plus que les femmes.

« Il est donc primordial pour les jeunes femmes que l’on améliore la conciliation de la vie professionnelle avec la vie de famille dans les régions rurales », explique Mme Vana. « De l’internet haut débit à l’offre en matière de formation ou de services de garde d’enfants, les actions requises sont manifestes. Les jeunes européens et européennes doivent pouvoir bénéficier des mêmes chances dans toutes les régions de l’UE . »

Conflits armés dus au dérèglement climatique, un risque réel à anticiper

Les conséquences des dérèglements climatiques sur la sécurité n’ont été prises en compte que tardivement par la diplomatie et par les armées.

L’effort puis le réconfort

Aux yeux de la rapporteure fictive chargée du dossier, Cristina Maestre Martín De Almagro (S&D), la politique régionale est un instrument efficace pour lutter contre les défis démographiques actuels.

Cependant, elle appelle à ne pas se précipiter dans l’action : « Ce sont les recherches minutieuses qui nous permettent de prendre des mesures efficaces ». De ce fait, il faut définir ce que l’on entend par « région sous-peuplée » sans tomber dans les clichés.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. La présente publication [communication] reflète uniquement l’avis de l’auteur et la Commission ne peut être tenue responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qu’elle contient.

Subscribe to our newsletters

Subscribe