Le « Monsieur énergie » du Parlement européen rentre au Luxembourg

Claude Turmes [European Parliament]

L’eurodéputé Verts/ALE Claude Turmes, spécialiste des questions énergétiques, quittera le Parlement en juin pour rejoindre le gouvernement luxembourgeois.

Après 19 ans passés entre Bruxelles et Strasbourg, Claude Turmes a décidé d’accepter le poste de secrétaire d’État à l’Environnement, après le décès soudain de son ami et mentor, Camille Gira, il y a deux semaines.

Dans une publication, le Luxembourgeois explique que ce n’était « pas un changement prévu, mais la vie ». Il continuera à jouer son rôle de négociateur sur trois dossiers essentiels liés à son domaine de prédilection, l’énergie, jusqu’à son entrée au gouvernement dans le courant du mois de juin.

Tweet : après 19 ans de lutte pour la transition énergétique au PE – merci de votre contribution et continuez à vous battre au PE ! – je change de camp, j’intègre le gouvernement luxembourgeois pour défendre l’héritage de mon ami Camille Gira.

L’eurodéputé a rendu hommage à ses collègues du parti des Verts, ainsi qu’aux élus de gauche et « progressistes, libéraux, socialistes », « récemment complétés par le surprenant Mouvement 5 étoiles », qui ont tous aidé à amender la législation européenne.

Avec d’autant plus de justesse que les lois pro-climat ont « souvent été confrontées avec un PPE hostile au climat », souligne-t-il.

On ne verra plus Claude Turmes arpenter les couloirs des bâtiments d’Altiero Spinelli ou Louise Weiss à Bruxelles, intervenant inopinément dans les points de presse, mais il sera toujours impliqué dans l’élaboration des politiques européennes, insiste-t-il, et ce, dès le prochain Conseil Environnement du 25 juin.

« En tant que membre du gouvernement luxembourgeois, je suis maintenant assis de l’autre côté de la table. Alors à bientôt, sur les émissions des voitures et des camions, […] ou du dieselgate », a écrit le futur ex-eurodéputé.

Le Parlement vise zéro émission d’ici 2050

Victoire inattendue pour le climat : le Parlement européen soutient une proposition visant à supprimer les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Il devrait être remplacé par un représentant relativement inconnu, Tilly Metz, et sera tête de liste des Verts dans la circonscription nord du Luxembourg pour les élections nationales d’octobre, selon le président de son parti, Christian Kmiotek.

Reste à savoir qui héritera du règlement clé pour la gouvernance de l’Union de l’énergie, qui entre dans un cycle de négociations potentiellement final le 19 juin.

Le bureau de Claude Turmes a cherché à dissiper tout doute, assurant à Euractiv que le député européen restera en place jusqu’à la fin juin si nécessaire pour tenter de clore les négociations sur le règlement de gouvernance de l’Union de l’énergie.

Le projet de loi sur la gouvernance est la pierre angulaire d’un ensemble plus large de lois sur l’énergie propre déposé par la Commission européenne en décembre 2016.

Il fixe un cadre général pour atteindre les objectifs de la politique énergétique et climatique de l’UE jusqu’en 2030, y compris un calendrier strict et un mécanisme de révision pour s’assurer que l’Union respecte les objectifs en matière d’énergies renouvelables et d’émissions de gaz à effet de serre.

Avec son gazoduc Nord Stream II, la Russie divise les Européens

Les travaux du gazoduc sous-marin Nord Stream II devaient démarrer cette année. La Commission européenne voudrait bloquer ce projet, jusqu’ici fortement soutenu par l’Allemagne. Entretien avec Claude Turmes, réalisé par notre partenaire l’Ouest-France. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.