Nathalie Loiseau rattrapée par une nouvelle polémique

epa07499239 Nathalie Loiseau à nouveau dans la tourmente. . [EPA-EFE/IAN LANGSDON]

Après son engagement avec l’extrême droite la semaine dernière, la tête de liste LREM aux élections européennes doit maintenant se défendre d’être accusée de banaliser l’homophobie dans une BD sur l’Europe qu’elle a cosignée. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

« L’Europe en BD ». Tel est le nom de la bande dessinée, publiée le 17 avril chez Casterman, qui entend expliquer l’Europe et le fonctionnement de l’UE aux enfants. Particularité : cette BD est cosignée par Nathalie Loiseau, tête de liste LREM aux européennes du 26 mai.

Tout au long des 50 pages, les deux héros, Rim et Nathan, découvrent donc les rouages de l’Union européenne, ses difficultés et ses atouts, sans oublier les pays qui la composent.

Plusieurs étrangetés

Seulement voilà : cette bande dessinée comporte plusieurs étrangetés. D’abord, à aucun moment Nathalie Loiseau n’est présentée comme candidate aux élections européennes. Ensuite, certaines pages interpellent par leur contenu et les idées exprimées.

Ainsi, depuis ce dimanche 28 avril, Nathalie Loiseau doit faire face à une nouvelle polémique – après celle concernant son engagement au côté de l’extrême droite quand elle était à Sciences-Pô Paris -, cette fois sur la question de l’homosexualité, du mariage pour tous et de l’homophobie.

[La planche de la BD, co-signée par Nathalie Loiseau, qui pose question. | Capture d’écran Casterman]

Car, pour illustrer certaines divergences d’opinions entre les 27 pays membres de l’UE et le slogan européen « Unis dans la diversité », la BD prend comme exemple le mariage entre personnes de même sexe. S’il est autorisé dans certains pays – comme la France – il est illégal dans d’autres États, comme la Pologne.

« Même pas en rêve »

Dans une des cases, un enfant polonais affirme ainsi : « Moi, je suis Polonais. Eh bien, deux garçons qui se marient, en Pologne, même pas en rêve ». L’instituteur lui répond « Nous avons des différences, c’est sûr, et il faut se respecter »…

Ce qui n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. « Qu’apprenons-nous aux enfants ? Que l’homophobie est culturelle, qu’il faut la tolérer chez nos voisins ? », demande ainsi Guillaume Melanie, le co-président d’Urgence Homophobie sur Twitter.

Nathalie Loiseau a répondu dimanche à ces accusations, affirmant que « décrire la Pologne telle qu’elle est ne veut pas dire qu’on l’approuve ».

Accompagnant sa réponse d’un extrait d’un livre publié alors qu’elle était à la tête de l’Ena, où elle évoque sa relation avec « ses frères homosexuels » et décrit la façon dont ils parviennent à évoluer « dans une société qui ne s’est pas construite pour eux. »

Certains internautes ont relevé d’autres pages étonnantes, rapporte France Inter, concernant les frontières et le problème des migrants (« Donc, tu entres dans un pays comme si c’était chez toi et tu trouves ça normal. » « Ben, c’est la mondialisation, tout le monde voyage, quoi ! »), le Brexit (expédié en quatre cases et trois phrases), l’Europe elle-même, traitée de machine incompréhensible (« Et les gens qui t’expliquent ça te disent que c’est hypersimple ! » « MDR ») – sans oublier l’astronaute Thomas Pesquet, à qui l’on fait dire qu’il est « d’abord Français, mais aussi Européen », idée qu’il n’a visiblement jamais exprimée lors de ses interviews.

>> Lire sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.