Les commentaires de Juncker sur ses collègues jettent un froid à Bruxelles

Le bras droit de Jean-Claude Juncker : son chef de cabinet Martin Selmayr. [European Commission]

La Commission a refusé de commenter le 13 décembre l’article explosif d’un média finlandais qui affirme que le président de l’exécutif, Jean-Claude Juncker ca qualifié ses collègues de « somnifères ambulants ».

L’article, publié dans le journal Helsingin Sandomat et rédigé par Pekka Mykkanen, un correspondant à Bruxelles, était soi-disant un portrait du chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, Martin Selmayr. Ce dernier aurait dit que son supérieur estimait que certains des 28 commissaires étaient si ennuyeux qu’il les aurait qualifiés de « somnifères ambulants ».

Interrogé sur ces prétendues et inhabituelles critiques lors d’une conférence de presse, le porte-parole Alexander Winterstein a simplement déclaré que Jean-Claude Juncker avait « pleinement confiance » en tous ses commissaires. Il a également refusé de lister qui des 28 commissaires pouvait correspondre à la description.

« Pas d’amis »

Lorsqu’EURACTIV lui a demandé si, comme présenté dans le portrait, Martin Selmayr n’avait « pas d’amis » à la Commission, le porte-parole a simplement répété que les questions portant sur des dossiers de presse spéculatifs ne recevraient pas de réponse.

Martin Selmayr, avocat allemand de 46 ans, est perçu comme étant beaucoup plus influent que les commissaires et comme l’homme fort de Jean-Claude Juncker. Il ne fait que rarement des apparitions publiques, mais est apparu devant la presse quelques heures avant le premier sommet sur le Brexit, répondant aux questions de manière détaillée, cadrée et rapide.

Dans l’article finlandais, Martin Selmayr aurait déclaré que « Jean-Claude Juncker n’[avait] pas le temps pour la médiocrité. Il peut crier sur les commissaires s’il découvre qu’ils n’ont pas fait leur boulot. » « Le méchant dans l’histoire ce n’est pas moi. C’est le président – mais il doit l’être », a-t-il ajouté.

« Somnifères ambulants »

Selon  Pekka Mykkanen, Martin Selmayr aurait expliqué que Jean-Claude Juncker trouvait certains de ses commissaires si ennuyeux qu’il les aurait qualifiés de « somnifères ambulants ». « Certaines personnes viennent ici et ennuient le président, donc il ne veut pas les revoir. Pour lui, tout le monde n’a pas de valeur ajoutée ».

Un portrait de Jean-Claude Juncker dressé par Politico au début de l’année citait la commissaire au budget Kristalina Georgieva, qui qualifiait l’ambiance autour de l’axe Juncker/Selmayr de « toxique ». Elle a ensuite nié avoir tenu ces propos alors que Politico soutient son article. Martin Selmayr, dans l’article du Helsingin Sandomat, a quant à lui décrit l’article du journal américain de « papier à commérages ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.