Pacte vert sur le terrain : le Comité des régions annonce sa feuille de route pour 2021

« L’Union européenne n’atteindra jamais la neutralité carbone sans que ses territoires partagent les mêmes objectifs ambitieux », selon Juan Espadas, président de la Commission ENVE du Comité des régions. [Darjus Urbanovic/Shutterstock]

Rénovations, mobilité durable, écologisation urbaine : le groupe de travail « Pacte vert – Investir l’échelon local » du Comité des Régions (CdR) a débattu lundi (15 février) de ses priorités pour l’année 2021 et annoncé une feuille de route sur le pacte vert au niveau local.

Cette feuille de route devra être approuvée lors de la prochaine réunion du bureau en mars. Dans un brouillon que s’est procuré Euractiv, le groupe de travail du CdR détaille ses axes de travail prioritaires dans le cadre du pacte vert. Il prévoit ainsi de renforcer sa coopération avec différentes directions générales (DG) de la Commission européenne afin d’appuyer, notamment, la vague de rénovations, le développement de la mobilité durable et le verdissement des villes.

« Le pacte vert est une priorité transversale », explique Isabelle Boudineau (PSE), vice-présidente du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine chargée des affaires européennes et internationales, présidente de la Commission de la politique de cohésion territoriale et du budget de l’UE (COTER) du CdR et membre de ce groupe de travail. « Notre objectif est donc de travailler sur ces thématiques ensemble, avec la plupart des DG de la Commission européenne. » In fine, ce travail doit permettre de « nourrir la COP26 » – la conférence des Nations unies sur le climat – qui se tiendra à Glasgow en novembre, a-t-elle déclaré à Euractiv.

Grâce au FEDER, le transition verte de Hambourg suit son cours

Les villes ont besoin d’énergie. Dans l’agitation urbaine, la vie économique suit son cours, les moteurs ronronnent, les bureaux s’illuminent, les foyers se réchauffent. Hambourg se tourne davantage vers le renouvelable pour atteindre ses objectifs climatiques. Un article d’Euractiv Allemagne.

Rôle « primordial » des villes et régions dans la transition verte

Dans une résolution adoptée en décembre 2019, le CdR avait appelé à ce que les collectivités locales et régionales soient étroitement associées à la réalisation du pacte vert. Celles-ci « assurent la mise en œuvre de 70% de l’ensemble de la législation de l’UE, de 70% des mesures visant à atténuer le changement climatique », selon ce document qui affirme que « ce sont elles qui appliqueront le pacte vert pour l’Europe sur le terrain ».  

« Le rôle des villes et régions est primordial » dans la mise en œuvre des priorités vertes de la Commission européenne, soutient aussi une source au sein du CdR. Et c’est pour démontrer que les territoires européens sont engagés dans la transition verte depuis des années et pour accélérer encore cette transition en « donnant de la visibilité aux bonnes pratiques » déjà établies que le CdR a lancé un groupe de travail sur le pacte vert l’an dernier.

La politique régionale pour lutter contre la mutation démographique

Les régions européennes se transforment. La population vieillit et quitte la campagne. Les villes s’agrandissent, les villages périssent. Ces changements démographiques entraînent plusieurs difficultés, tant et si bien que les infrastructures peinent à les résorber.

Relayer les défis des collectivités locales

Composé de treize élus locaux et régionaux de l’Union européenne (dont deux Français), ce groupe vise à « garantir la participation directe des villes et des régions de l’UE à la définition, à la mise en œuvre et à l’évaluation des nombreuses initiatives menées dans le cadre du pacte vert pour l’Europe », selon un communiqué du CdR.  Plus précisément, il veut rassembler les initiatives prises dans les villes et régions d’Europe au titre du pacte vert et faciliter la coopération entre les institutions de l’UE « afin de placer les villes et les régions au cœur des politiques en faveur de la neutralité carbone ». Enfin, il s’engage à « relayer les défis auxquels les collectivités locales et régionales sont confrontées lors de la mise en œuvre de la transition écologique au niveau local », selon son portail Green Deal Going Local.

Lors de la quatrième réunion du groupe de travail ce lundi 15 février, Juan Espadas (PSE), maire de Seville et président de la Commission de l’environnement, du changement climatique et de l’énergie (ENVE) du CdR ainsi que du groupe de travail sur le pacte vert, a insisté à nouveau sur l’importance d’associer le niveau local au pacte vert. « L’Union européenne n’atteindra jamais la neutralité carbone sans que ses territoires partagent les mêmes objectifs ambitieux », a-t-il déclaré. « La crise climatique est notre plus grand défi et nous avons besoin de solutions innovatrices pour travailler ensemble vers un objectif commun. »

Des projets comme la Intelligent Cities Challenge (une initiative de la Commission européenne visant à soutenir la croissance durable dans les villes à travers des innovations technologiques) et le mécanisme de transition juste (outil clé dans le cadre du pacte vert qui doit permettre d’accompagner les régions dans la transition à travers le fonds de transition juste) seraient des « exemples de comment nous pouvons réaliser le pacte vert sur le terrain », selon Juan Espadas.

La modernisation des transports en commun berlinois va bon train

Berlin devient mobile. La ville prévoit des milliards d’euros pour moderniser son réseau de transports en commun du tout au tout. Pour ce faire, elle entend faire appel aux fonds structurels européens. Un article d’Euractiv Allemagne.

La rénovation, « pilier essentiel du pacte vert pour l’Europe »

Avis partagé par Rafał Trzaskowski (PPE), membre de la Convention des Maires pour le Climat et l’Énergie : « Nous devons tous joindre nos forces pour réaliser le pacte vert au niveau local », a-t-il déclaré lors de la réunion lundi. « C’est pourquoi nous demandons à la Commission européenne de déployer du soutien financier et non-financier aux leaders locaux et régionaux pour faire du pacte vert une réalité sur le terrain et promouvoir l’acceptation sociale de la transition verte. »

Concernant l’axe de la mobilité durable, Isabelle Boudineau a également insisté sur le rôle des territoires. « La future stratégie de mobilité durable et intelligente de la Commission européenne doit refléter les ambitions exprimées par les territoires pour mettre en œuvre le pacte vert », a-t-elle déclaré.

Enfin, l’une des thématiques prioritaires que le groupe de travail du CdR sur le pacte vert souhaite appuyer en 2021, la « vague de rénovation » annoncée l’an dernier par la Commission européenne, a fait l’objet d’une rencontre organisée en janvier par la Commission de l’environnement, du changement climatique et de l’énergie du CdR. « Pilier essentiel du pacte vert pour l’Europe » pour Juan Espadas, cette vague de rénovation devrait « tenir une grande place » dans la lutte contre la crise climatique.

Le CdR souligne qu’en Europe « 75 % des bâtiments existants n’affichent pas de performances énergétiques satisfaisantes » et que seulement 1% d’entre eux seraient actuellement rénovés par an. En même temps, la précarité énergétique « touche encore quelque 40 millions de citoyens dans l’UE ». Raison pour laquelle le comité estime que « si l’UE veut atteindre la neutralité climatique à l’échéance de 2050 », la rénovation plus poussée des bâtiments publics comme privés en Europe sera « capitale ».

Des services de secours qui ne connaissent pas de frontières

Réunis au sein du projet européen Inter’Red, différents services de secours français, allemands, belges et luxembourgeois ont décidé de gérer les risques conjointement.

Supporter

Measure co-financed by the European Union

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. La présente publication [communication] reflète uniquement l’avis de l’auteur et la Commission ne peut être tenue responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qu’elle contient.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer