PFUE : quelles sont les priorités des écologistes ?

Yannick Jadot souhaite que la PFUE soit une période d’influence pour orienter les politiques européennes vers davantage d’écologie. [EPA-EFE]

Lors d’une conférence de presse, mercredi 8 décembre, Yannick Jadot, député européen et candidat à l’élection présidentielle, s’est exprimé sur ses attentes envers le président Macron dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE), et sur ses intentions s’il prenait sa succession.

« L’Europe est un sujet absolument essentiel pour les écologistes » a affirmé, en introduction, Yannick Jadot. Et la PFUE pourrait être une période d’influence pour orienter les politiques européennes vers davantage d’écologie. D’ailleurs, le député européen a rappelé que le paquet Climat-Energie de 2008 avait été adopté sous présidence française.

Dans cette « feuille de route pour une PFUE écologiste », Yannick Jadot a indiqué souhaiter que la présidence française permettent d’aller plus loin dans les objectifs de réduction des gaz à effet de serre (-65% d’ici 2030), d’élargir les objectifs climatiques aux importations européennes, et d’empêcher l’intégration des transports et des logements dans le marché carbone, ce qui serait « une irresponsabilité totale d’un point de vue social » selon lui.

Sur la thématique des droits de l’Homme et de la justice, Yannick Jadot a exhorté Emmanuel Macron à boycotter les Jeux Olympiques de Pékin – à l’instar des Etats Unis – et de « peser de tout son poids » pour que l’Europe engage des procédures à l’encontre de la Hongrie et de la Pologne. Il a par ailleurs rappelé que « l’un des enjeux de la PFUE sera le nouveau pacte pour l’asile et l’immigration ».

« Fit for 55 » : un casse-tête pour la France, à la traîne dans la production d’énergies renouvelables

Pour la France, produire de l’énergie renouvelable est un parcours semé d’embûches. En 2020, la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique est de 19,1 %, alors que l’objectif imposé par l’objectif renouvelable de 2009 est de 23%.

Une période d’influence

Lors de son intervention, Yannick Jadot ne s’est pas contenté d’énoncer ses aspirations dans la cadre d’une PFUE macroniste. Il a également détaillé les grands dossiers qu’il porterait et les directions qu’il prendrait s’il prenait la suite de la PFUE. Il jouerait alors de l’influence d’une telle position pour « porter au niveau européen la fin du glyphosate », « élargir le plan de relance », « redéfinir le pacte de stabilité ». Au détour d’une formule bien sentie – « la France est notre maison, l’Europe est notre village » -, Yannick Jadot a laissé entrevoir que s’il est élu à la tête de la France, il mènera une politique prenant en compte l’échelle européenne. « Les écologistes peuvent créer une dynamique pour que la France soit forte et construise une Europe puissante » a-t-il souligné.

Le député européen a toutefois regretté le maintien de la PFUE pendant la période électorale.  « Le président Macron a fait le choix d’une PFUE biaisée, réduite, tronquée » a-t-il lâché. « Le pouvoir d’influence de la France va en être réduit. »

Le président de la République devrait justement s’exprimer jeudi 9 décembre sur ses priorités pendant la PFUE.

Emmanuel Macron détaille les trois axes de la PFUE

« Relance, puissance, appartenance » : Emmanuel Macron a ainsi décrit lundi (6 décembre) soir les trois axes de la présidence française de l’UE, lors d’un débat pour les 25 ans de l’institut Jacques Delors.

Subscribe to our newsletters

Subscribe