La demande d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN en suspens

EPA-EFE/SERGEY DOLZHENKO [Sergey Dolzhenko/EPA/EFE]

L’ancien président ukrainien, Petro Poroshenko demande à son successeur de renouveler sa candidature à l’OTAN. Un programme par lequel l’Alliance donne un soutien aux pays désireux de la rejoindre.

Petro Poroshenko, grand perdant des élections présidentielles ukrainiennes de mars-avril 2019 face à Volodymyr Zelenskyi, a prié son successeur de formuler une demande afin de rejoindre le plan d’action pour l’adhésion (MAP), lors de du sommet de l’OTAN à Londres  qui se tiendra en décembre.

Cette demande, l’Ukraine et la Géorgie l’avaient déjà introduite lors du sommet de l’OTAN en 2008 à Bucarest ;  la France et l’Allemagne s’y étaient opposées.

Le projet avait ensuite été mis de côté après les élections présidentielles de 2010, lors desquelles Viktor Yanukovych — plutôt réfractaire à l’adhésion — avait été élu.

Après la révolution ukrainienne de février 2014, le secrétaire général de l’OTAN à l’époque, Anders Fogh Rasmussen, avait réaffirmé que l’adhésion à l’OTAN était toujours une option.

Le 29 décembre 2014, le président Poroshenko s’était engagé à tenir un référendum sur l’adhésion à l’OTAN. En juillet 2017, Il avait annoncé qu’il tenterait de rouvrir le dialogue au sujet du plan d’action pour l’adhésion.

À l’époque, les sondages révélaient que 54 % des Ukrainiens étaient en faveur d’une adhésion à OTAN. Le 7 février 2019, le parlement a voté à la majorité (334 voix sur 385) pour réviser la constitution ukrainienne afin de faciliter les procédures d’adhésion à l’OTAN et à l’UE.

Volodymyr Zelenskyi, président depuis mai 2019, a affirmé qu’il soutenait ces démarches, mais ses intentions restent floues, et ce, quelques semaines avant le sommet de décembre.

Nouvelle ère en Ukraine après l'élection de l'acteur et humoriste Zelensky

L’Ukraine est entrée dans un nouvelle ère après la victoire du comédien Volodymyr Zelensky à la présidentielle de ce pays épuisé par la corruption, les difficultés économiques et une guerre meurtrière.

Petro Poroshenko, désormais leader de Solidarité européenne (European Solidarity), un parti pro-occidental de l’opposition représenté par 27 députés dans le Verhovna Rada (parlement ukrainien), a déclaré aux parlementaires qu’« une paix durable et une sécurité stable ne sont possibles que si l’Ukraine devient membre de l’OTAN ».

« Le temps est venu d’octroyer à l’Ukraine un plan d’action à l’adhésion », a-t-il ajouté, laissant entendre que son successeur était quelque peu réticent à ce sujet.

« Il faut arrêter de tourner autour du pot. L’une des priorités majeures du président est d’inscrire le plan d’action à l’adhésion au calendrier ukrainien », a indiqué M. Poroshenko.

Il a, en outre, souligné que son parti politique avait préparé une déclaration à ce propos pour la Verhovna Rada.

« Nous appelons le président du parlement, le Premier ministre et le président à signer une lettre à l’intention du sommet de l’OTAN qui aura lieu en décembre », a-t-il dit.

Il a, par ailleurs, insisté sur le fait que les institutions ukrainiennes devaient accorder leurs violons pour atteindre « des objectifs ambitieux », comme ça avait été le cas avec le régime d’exemption de visa et l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne.

Bruxelles espère un dégel entre la Russie et l’Ukraine

La Commission européenne a salué le 3 octobre une récente rencontre diplomatique à Minsk, laissant espérer l’organisation rapide d’un sommet international pour mettre un terme aux combats dans l’est de l’Ukraine. Dans le pays, nombreux sont ceux qui dénoncent une «capitulation».

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.