Pourparlers américano-russes sur l’Ukraine : Washington met en garde Moscou contre la « confrontation »

Le président américain Joe Biden prononce un discours dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche à Washington, DC, États-Unis, le 7 janvier 2022. [Oliver Contreras/EPA]

Les États-Unis ont averti dimanche (9 janvier) la Russie d’un risque de « confrontation », avant le début de pourparlers sous haute tension à Genève pour tenter de désamorcer la crise explosive qui se joue autour de l’Ukraine et, au-delà, essayer de rapprocher des visions en apparence irréconciliables sur la sécurité en Europe.

Quelques heures auparavant, la Russie avait exclu toute « concession » pour ces négociations. « Cela est complètement exclu », avait déclaré aux agences de presse russes le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, qui doit prendre part aux pourparlers.

« Nous sommes déçus des signaux venant ces derniers jours de Washington, mais aussi de Bruxelles », avait-il ajouté.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a de son côté estimé sur CNN qu’il y avait « une voie de dialogue et de diplomatie pour essayer de résoudre certains de ces différends et éviter la confrontation » et que « l’autre voie est celle de la confrontation et de conséquences massives pour la Russie si elle renouvelle son agression de l’Ukraine ».

« Nous sommes sur le point de voir quelle voie le président Poutine est prêt à emprunter », a-t-il jugé.

C’est par un face-à-face des vice-ministres des Affaires étrangères des deux puissances rivales, l’Américaine Wendy Sherman et le Russe Sergueï Riabkov, que s’ouvre cette semaine diplomatique à haut risque.

Elle se poursuivra avec une réunion Otan-Russie mercredi à Bruxelles, puis une rencontre jeudi à Vienne de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), pour inclure les Européens qui redoutent d’être marginalisés.

Un haut responsable de la Maison-Blanche a précisé que les Russes et les Américains « auraient probablement une première conversation dimanche soir », avant de tenir leur « principale réunion lundi » en Suisse.

Les Occidentaux et Kiev accusent les Russes d’avoir massé près de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne en vue d’une potentielle invasion, et ont menacé le président russe Vladimir Poutine de sanctions « massives » et sans précédent s’il attaquait à nouveau le pays voisin.

Des mesures qui pourraient aller jusqu’à couper la Russie des rouages de la finance mondiale ou à empêcher l’entrée en fonctions du gazoduc Nord Stream 2 cher au Kremlin.

Objectif : montrer qu’ils sont plus déterminés cette fois qu’en 2014, lorsque Moscou a annexé la Crimée ukrainienne sans que l’alliance américano-européenne ne parvienne à lui faire faire marche arrière.

Exigences « inacceptables »

Le président Poutine, qui s’est entretenu à deux reprises avec son homologue américain Joe Biden depuis le début de cette nouvelle crise, a prévenu que de nouvelles sanctions seraient une « erreur colossale » et a menacé à son tour d’une réponse « militaire et technique » en cas « de maintien de la ligne très clairement agressive » de ses rivaux.

Surtout, il a imposé et obtenu d’élargir le dialogue à plusieurs de ses exigences, pourtant vues comme autant de lignes rouges par l’Occident.

Car le Kremlin affirme que c’est l’Occident qui provoque la Russie en stationnant des militaires à ses portes ou en armant les soldats ukrainiens qui combattent des séparatistes prorusses dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine.

Il réclame donc un grand traité excluant l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN et le retrait des soldats américains des pays les plus orientaux de l’Alliance atlantique.

Or, non seulement les Américains assurent ne pas être prêts à réduire leurs effectifs en Pologne ou dans les pays baltes, mais ils menacent au contraire de les renforcer si les Russes passent à l’offensive.

« Le risque d’un nouveau conflit est réel », a prévenu vendredi (7 décembre) le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg.

« Cela fait certainement partie de leur stratégie de présenter une liste d’exigences absolument irrecevables et ensuite prétendre que l’autre camp ne joue pas le jeu et utiliser cela comme une justification pour une agression », a renchéri Antony Blinken.

L’Europe veut participer

Pour John Herbst, ex-ambassadeur américain en Ukraine, le déploiement militaire russe est un « gigantesque bluff » de Vladimir Poutine pour décrocher des concessions.

« Tant que l’administration Biden reste au moins aussi ferme qu’actuellement », a dit cet expert du cercle de réflexion Atlantic Council, « cela devrait suffire à retenir Poutine d’envahir l’Ukraine, mais je n’exclus pas une opération plus limitée ».

Au-delà de la crise ukrainienne, Washington espère profiter des pourparlers pour remettre sur les rails les relations américano-russes, au plus bas depuis la fin de la Guerre froide. Et peut-être obtenir des progrès sur d’autres dossiers, comme le désarmement.

Mais de Paris à Berlin en passant par Bruxelles, les appels se sont multipliés pour faire une vraie place à la table des négociations aux pays du Vieux Continent, et notamment l’Union européenne – face au Kremlin qui semble vouloir privilégier le tête-à-tête russo-américain.

Un test pour les États-Unis de Joe Biden, qui, malgré les promesses de concertation, ont échaudé leurs alliés européens en donnant l’impression de faire cavalier seul sur l’Afghanistan ou la stratégie anti-Chine.

La géopolitique au cœur du lancement de la présidence française

Les troubles au Kazakhstan, les tensions autour de l’Ukraine et la nécessité d’avoir une politique européenne crédible vis-à-vis de la Russie ont dominé l’inauguration de la présidence française du Conseil de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe