Pourquoi Boyko Borissov préfére le FMI à la diplomatie européenne

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

SOFIA

1000 milliards de dollars. C’est la raison avancée par le Premier ministre bulgare Boyko Borissov qui a expliqué pourquoi il préférait le FMI à la diplomatie européenne. Après le retrait des autres candidats, Kristalina Georgieva reste seule en lice pour le poste de directrice générale du fonds, ce qui lui garantit pratiquement de succéder à Christine Lagarde début octobre.

Boyko Borissov a été critiqué par l’opposition pour avoir raté une opportunité lors du sommet européen de juin, au cours duquel les dirigeants ont nommé Ursula von der Leyen au poste de cheffe de la Commission et choisi l’Espagnol Josep Borrell en remplacement de Federica Mogherini pour le portefeuille des affaires étrangères que visait Kristalina Georgieva.

L’opposition insiste sur le fait que le portefeuille de Mariya Gabriel (commissaire européenne à l’innovation et à la jeunesse) est trop modeste par rapport au précédent  poste géré par la Bulgarie (Georgieva était en charge du budget européen).

Boyko Borissov a déclaré qu’il avait gardé le silence lors du sommet, car son objectif était de s’assurer que Kristalina Georgieva obtienne le poste au FMI, à un moment où, selon lui, elle faisait face à ses concurrents néerlandais, allemands et britanniques.

À cette époque, Georgieva était en compétition avec le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, le Britannique George Osborne, le Finlandais Olli Rehn et l’Espagnole Nadia Calvino.

Borissov a expliqué que son ministre des Finances, Vladislav Goranov, avait été chargé d’un lobbying intense. que la Bulgarie avait gagné après que « les États-Unis, la Russie, la Chine, les pays arabes et l’Afrique » ont décidé de soutenir la Bulgarie. « Seule restait l’Inde », a-t-il ajouté.

Dans son style typique, Boyko Borissov a justifié sa tactique en soulignant le poids financier du FMI. « Nous avons dû choisir. Le poste de chef de la diplomatie de l’UE aurait pu nous revenir, mais la différence avec celui de chef du FMI est de mille milliards de dollars et une possibilité d’action dans le monde entier », a-t-il déclaré.

D’autres sources soulignes que Kristalina Georgieva a obtenu le poste le plus élevé du FMI parce que le président français Emmanuel Macron s’est battu pour elle. Selon l’ordre établi après la deuxième Guerre mondiale, le chef du FMI est toujours européen, alors que les États-Unis choisissent le chef de la Banque mondiale. (Georgi Gotev, Euractiv.com)

MADRID

Les socialistes en tête du dernier sondage. Engagés dans des négociations difficiles, le parti socialiste (PSOE) et la gauche d’Unidas Podemos ne semblent pas avoir d’accord en vue. Les résultats d’un sondage publié jeudi montrent que les socialistes gagneraient si une nouvelle élection avait lieu, rapporte le partenaire d’Euractiv, Euroefe.

Selon le sondage, les socialistes obtiendraient 29,7 % des voix, suivis par le conservateur Partido Popular (PP) avec 11, 6 %. L’enquête a été menée entre le 17 juin et le 16 juillet, avant l’investiture ratée du Premier ministre socialiste par intérim, Pedro Sánchez.

La vice-présidente par intérim du gouvernement, Carmen Calvo, a insisté jeudi sur le fait qu’il est encore temps de parvenir à un accord entre les deux parties, mais a insisté sur le fait que Pedro Sánchez a besoin du soutien clair d’Unidas Podemos avant de tenter de former un gouvernement.

Le PSOE a refusé de former une coalition avec Unidas Podemos et ne propose qu’un « accord programmatique », avant la date limite du 23 septembre. (Fernando Heller /Euroefe)

VARSOVIE

Enseignants en grève ? Juste avant les élections nationales, les écoles polonaises pourraient être frappées par une vague de grèves, car le syndicat des enseignants polonais affirme qu’il doit faire face à des plans d’enseignement surchargés, une pénurie d’enseignants clés dans les écoles, et une mauvaise infrastructure. Cependant, si les syndicats décident d’arrêter le travail dans les écoles, les experts s’attendent à une mobilisation accrue des électeurs conservateurs du PiS, qui sont pour la plupart opposés à la grève. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN

La Chine en colère contre l’Allemagne. Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas (SPD) a repoussé les critiques de Pékin qui lui reproche son ingérence dans ses affaires intérieures, à la suite d’une rencontre avec le militant pour la démocratie hongkongais Joshua Wong à Berlin le 9 septembre. M. Maas a déclaré hier qu’il continuerait de rencontrer des avocats et des militants des droits de l’homme. M. Wong a déclaré au journal Die Zeit : « Je ne crois pas qu’une brève conversation avec le ministre des Affaires étrangères soit une preuve d’ingérence ».

Pékin considère la réunion comme un « manque de respect » à l’égard de la souveraineté de la Chine et une ingérence dans ses affaires intérieures. Pékin a également convoqué l’ambassadeur d’Allemagne. (Claire Stam, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Le backstop reste en place, assure David Sassoli. Il n’y aura pas d’accord sur le Brexit sans un filet de sécurité irlandais, a déclaré jeudi le président du Parlement européen, David Sassoli. Toutefois, l’UE est disposée à relancer une proposition qui ne maintiendrait que l’Irlande du Nord dans l’orbite de l’UE pour conserver une frontière invisible avec l’Irlande. Elle est en outre disposée à donner au Royaume-Uni une autre prolongation du Brexit, a-t-il déclaré.

ROME

Salvini qui ? La Commission européenne a reçu jeudi 12 septembre une demande de coordination du partage des migrants à bord du navire de sauvetage de l’ONG Ocean Viking, a indiqué jeudi un porte-parole de l’agence ANSA.

Il a indiqué qu’un certain nombre de pays ont déjà déclaré qu’ils accueilleraient une partie des migrants une fois qu’ils seront descendus du navire géré par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières. ANSA a indiqué que le nouveau gouvernement du Parti Démocrate et du Mouvement  5 étoiles avait signalé qu’il pourrait rompre avec certaines des politiques anti-immigration de l’ancien ministre de l’Intérieur et leader de la Ligue, Matteo Salvini.

PRAGUE / BELGRADE

Le V4 soutient l’élargissement. Les Premiers ministres des quatre pays de Visegrad ont adopté une déclaration exprimant leur soutien à l’élargissement de l’UE aux pays des Balkans occidentaux. Le V4 et les représentants des pays candidats se sont réunis mercredi lors d’un sommet à Prague.

La déclaration appelle à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie, et espère que les pourparlers d’adhésion avec le Monténégro et la Serbie seront accélérés durant le mandat de la nouvelle Commission. Le commissaire élu hongrois a été chargé de superviser l’élargissement, mais il devra d’abord obtenir la bénédiction du Parlement. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèqueEuractiv Serbie)

ZAGREB

Note de protestation à l’Italie. Le ministère croate des Affaires étrangères a informé l’ambassadeur d’Italie qu’il condamnait fermement un monument dédié au fasciste italien Gabriele D’Annunzio, qui a été installé à Trieste. Hier, deux jeunes néo-fascistes ont été appréhendés alors qu’ils portaient le drapeau du Royaume d’Italie. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Peste porcine africaine. Le ministère de l’agriculture, quant à lui, a annoncé de nouvelles mesures préventives que toutes les exploitations agricoles doivent adopter afin de prévenir la peste porcine africaine (PPA). Zagreb souhaite accélérer les procédures en raison d’un risque accru, étant donné que la maladie a récemment fait son apparition en Serbie voisine. (Karla Juničić, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.