Présidentielle en Pologne : l’ultraconservateur Duda en tête selon des résultats officiels

Le président sortant Andrzej Duda entouré de sa femme et de sa fille. [EPA-EFE/LESZEK SZYMANSKI POLAND OUT]

Le président sortant devance son adversaire Rafal Trzaskowski, avec 51 % des voix, selon des résultats presque complets. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Le chef de l’État conservateur polonais Andrzej Duda et le maire libéral de Varsovie étaient au coude à coude dimanche soir à l’issue du second tour de la présidentielle, selon un sondage à la sortie des urnes.

Le président sortant a recueilli 51 % des voix devant Rafal Trzaskowski (49 %), selon des résultats officiels presque complets annoncés lundi matin. Cette élection a connu un taux de participation très élevé pour ce type de scrutin (68,9 %).

Rafal Trzaskowski, la bête noire du pouvoir polonais

Candidat à la présidentielle, Rafal Trzaskowski, chevalier blanc de l’opposition et maire de Varsovie, menace les ultraconservateurs. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Une Pologne coupée en deux

Le premier sondage à la sortie des urnes donnait une différence moins importante, à l’issue d’une élection disputée à couteaux tirés, qui a connu un taux de participation très élevé pour la Pologne, de 67,9 %.

Le président Duda est soutenu par le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS, au pouvoir), alors que le maire de Varsovie représente le principal parti d’opposition centriste Plateforme civique (PO), qui promettait notamment de rétablir les liens avec Bruxelles tendus depuis l’arrivée du PiS au pouvoir en 2015.

« Je suis satisfait de ma victoire, même si c’est un sondage de sortie pour l’instant », a déclaré dimanche soir Andrzej Duda entouré de sa femme et de sa fille, devant ses supporters. Rafal Trzaskowski a souligné que « le résultat n’a probablement jamais été aussi proche dans l’histoire de la Pologne ».

L’issue du second tour est jugée comme décisive pour l’avenir du gouvernement PiS, que ses détracteurs accusent de faire reculer les libertés démocratiques acquises il y a trois décennies à la chute du communisme.

Subscribe to our newsletters

Subscribe