Renew Europe : le parti à la recherche de son prochain chef de groupe

Pour l’instant, Mme In't Veld a été la seule députée européenne à exprimer publiquement son intérêt et elle a déclaré à EURACTIV qu’elle était perplexe quant aux raisons pour lesquelles la délégation française ne présentait pas de candidat. [European Parliament]

L’annonce par la législatrice européenne néerlandaise Sophie In’t Veld de sa volonté de se présenter à la présidence de Renew Europe a déclenché des réactions au sein du groupe politique centriste, car les Français, la plus grande délégation au sein du groupe avec 23 députés, semblent avoir d’autres plans.

L’eurodéputée néerlandaise a déclaré à EURACTIV le 2 octobre qu’elle souhaitait devenir le leader du groupe Renew après que le dirigeant actuel, Dacian Cioloş, a déclaré qu’il se retirait pour retourner à la vie politique roumaine.

Renew, le troisième plus grand groupe du Parlement européen, devrait se décider aujourd’hui (6 octobre) de la procédure et du calendrier d’un vote, prévu dans deux semaines ou lors de la prochaine session à Strasbourg.

Pour l’instant, Mme In’t Veld a été la seule députée européenne à exprimer publiquement son intérêt et elle a déclaré à EURACTIV qu’elle était perplexe quant aux raisons pour lesquelles la délégation française ne présentait pas de candidat.

« S’il y avait plus de noms, le processus serait transparent. C’est ainsi que cela se passe dans une démocratie […] S’il n’y a pas de candidats, il est difficile de comprendre ce que défend une personne », a-t-elle ajouté.

L’eurodéputée néerlandaise ne croit pas que la délégation française s’oppose à sa candidature en tant que telle, mais elle a déclaré que les Français ont leurs « propres ambitions ».

« Je pense qu’ils trouvent très important, dans le contexte de la présidence française de l’UE, et en général, ils trouvent très important d’avoir beaucoup d’influence dans le groupe », a-t-elle déclaré.

L’un des changements que Mme In’t Veld souhaite introduire concerne la structure de la direction. Renew Europe a actuellement un chef de groupe et un adjoint. L’eurodéputée néerlandaise veut ajouter un deuxième adjoint et créer un leadership « triangulaire » pour s’assurer que le groupe soit bien représenté.

« Je pense que l’unité du groupe est la chose la plus importante, car vous pouvez gagner une élection avec une majorité, mais alors vous n’avez pas uni le groupe », a-t-elle déclaré.

Dacian Cioloș abandonnera la présidence de Renew Europe s'il devient président de l'USR PLUS

L’ancien commissaire européen Dacian Cioloș a déclaré aux membres de USR PLUS qu’il démissionnerait de la présidence du groupe Renew européen au Parlement européen s’il devenait président du parti.

La délégation française privilégie la « continuité »

De son côté, la délégation française rejette les accusations de manque de transparence dans le processus et souligne que ce qui compte, c’est l’unité et la continuité du groupe.

Une source de la délégation française de Renew Europe a déclaré à EURACTIV que le groupe avait tenu une réunion et mandaté le chef de la délégation, Stéphane Séjourné, pour contacter toutes les autres délégations et explorer quelle pourrait être la « meilleure solution consensuelle possible ».

« Sophie In’t Veld a décidé de faire une annonce publique de sa candidature et elle en avait parfaitement le droit. Mais nous sommes attachés à la continuité du groupe et, surtout, nous voulons d’abord savoir ce que pensent les autres délégations », a déclaré la source, ajoutant que « tous les scénarios sont possibles ».

La source a insisté sur le fait que la délégation française n’a décidé de consulter les autres délégations que dans le but de trouver le bon équilibre, un bon leadership, afin que « le groupe soit représenté de manière équilibrée. »

« Nous venons d’origines très différentes et cela a fonctionné, car vous ne pouvez pas avoir de majorité au Parlement européen sans Renew. La continuité est donc importante », a ajouté la source.

Les deux camps — les nouveaux venus, menés par les Français, et l’ancien noyau des libéraux et des démocrates de l’ADLE — semblent également avoir une vision différente de la façon dont M. Cioloş a dirigé le groupe au cours des deux dernières années.

La source française a déclaré que la présidence de M. Cioloş a été couronnée de succès, tandis que l’eurodéputé néerlandais a laissé entendre qu’il ne se consacrait pas pleinement à ses tâches européennes, car il avait toujours un œil sur la politique roumaine.

« Maintenant, nous avons un dirigeant qui s’est retiré avant la fin de son mandat. Il a d’abord été candidat au poste de Premier ministre, puis à celui de chef de parti. Il est important que nous ayons un leader qui se consacre à 100 % au groupe, qui se concentre exclusivement sur la politique européenne », a déclaré Mme In’t Veld.

« Si l’on voit ce qui se passe du côté de l’extrême droite, le groupe ID va peut-être se développer. Je pense donc qu’il est vraiment impératif que nous ayons un centre fort au Parlement européen, avec un leadership politique fort et un profil propre », a-t-elle conclu.

La direction de Renew ferme les yeux sur le comportement d'Andrej Babiš

Alors que le Premier ministre tchèque Andrej Babiš (ANO, Renew) intensifie sa rhétorique anti-européenne avant les élections d’octobre, la direction de Renew Europe ferme les yeux sur son comportement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe