La future procureure européenne de nouveau inculpée en Roumanie

Laura Codruta Kovesi [Robert Ghement/EPA/EFE]

Le Parlement européen a officiellement apporté son soutien à Laura Codruța Kövesi pour qu’elle devienne la première procureure de l’UE. Pendant ce temps-là, la magistrate roumaine a de nouveau été convoquée au tribunal de Bucarest et inculpée.

L’affaire Kövesi jette une ombre sur la Roumanie au moment où ce pays assume sa toute première présidence du Conseil de l’UE.

Considérée comme une héroïne à Bruxelles pour son expérience en tant qu’ancienne chef de l’agence DNA anti-corruption, Laura Codruța Kövesi est diabolisée par le gouvernement social-démocrate de Bucarest, qui l’accuse de partialité politique.

La magistrate a été convoquée le 7 mars à Bucarest, le jour même où le Parlement européen s’est réuni pour décider qui soutenir pour le poste de tout premier chef du Parquet européen.

Une magistrate roumaine bientôt procureure de l’UE?

Laura Codruţa Kövesi, de l’agence anticorruption roumaine, est la candidate la plus en vue pour le poste de tout premier procureur général du Parquet européen.

Après une audition à la Section des enquêtes des magistrats, Laura Kövesi a déclaré qu’elle avait été inculpée dans une autre affaire mais qu’elle n’avait pas été autorisée à voir des documents ou à faire appel à un avocat, a rapporté Euractiv Roumanie.

Laura Kövesi a déclaré qu’elle était cette fois accusée de diriger « un groupe du crime organisé » au sein  de la DNA : « Le procès-verbal a été signé uniquement par des avocats, pas par le procureur. Je ne me souviens pas des [détails] parce qu’il lisait très vite », a-t-elle décrit. « J’ai été empêchée de faire une déclaration, alors que je voulais clarifier ces inventions. »

Soulignant son innocence, Mme Kövesi a ajouté que cette campagne était liée à sa candidature au poste de procureur européen.

Entre-temps, à Bruxelles, le Parlement européen l’a officiellement élue pour le poste de chef du Parquet européen. La décision a été prise par la Conférence des présidents, après que deux commissions compétentes avaient déjà préféré Laura Kövesi à son adversaire français Jean-François Bohnert. Un vote en plénière a été jugé inutile.

Les eurodéputés soutiennent la Roumaine Kövesi pour le futur Parquet européen

Le Parlement européen a voté en faveur de l’ancienne responsable anti-corruption roumaine, Laura Codruţa Kövesi, au poste de premier procureur européen. Une décision à contre-courant de celle des États membres, qui lui préfèrent son rival français.

La position du Parlement entre cependant en conflit avec celle du Conseil, où les États membres avaient décidé de soutenir le candidat français.

C’est pourquoi le Parlement européen a élu une équipe de négociation en vue de trouver un compromis avec le Conseil. Les trois membres de cette équipe sont Claude Moraes (S&D, Royaume-Uni), Ingeborg Gräßle (PPE, Allemagne) et Judith Sargentini (Verts, Pays-Bas).

Ska Keller, coprésidente des Verts, a déclaré qu’en choisissant Laura Kövesi, le Parlement européen envoyait un message fort selon lequel il prenait au sérieux la lutte contre la corruption, la fraude et la criminalité transfrontalière, en soutenant une personne possédant une telle expérience.

« Laura Codruţa Kövesi a un palmarès inégalé en matière de soutien à la justice et de prise de responsabilité des fonctionnaires accusés de corruption, et ce, malgré les nombreuses tentatives d’ingérence du gouvernement du PSD-ALDE dans son travail », a déclaré Ska Keller.

Les prochaines étapes sont difficiles à définir, car la procédure d’élection du chef du Parquet européen est sans précédent. On s’attend toutefois à ce qu’une décision finale puisse être adoptée d’ici la fin du mois.

Subscribe to our newsletters

Subscribe