La Russie envisage de poursuivre les négociations sur l’Ukraine aux États-Unis

D'après Vladimir Chizhov, l'idée d'étendre le format Normandie n'est pas complètement nouvelle. [Mission of Russia]

La Russie a indiqué être prête à ouvrir les négociations sur la crise en Ukraine de l’est aux États-Unis. Il s’agit d’un virage important dans les relations entre Moscou et Washington après l’élection de Donald Trump.

La configuration diplomatique « format Normandie » a été adoptée après le rassemblement de l’Ukraine, de la Russie, de l’Allemagne et de la France à la demande de François Hollande. Les représentants des quatre pays se sont entretenus le jour du 70e anniversaire du débarquement, épisode capital de la Deuxième Guerre mondiale.

Une série de réunions similaires s’en sont suivies, ayant notamment permis d’aboutir aux accords de Minsk (voir « contexte »).

La France et l’Allemagne se sont montrées prudentes quant à l’ouverture du format à d’autres États, alors que Moscou est toujours resté ouvert sur la question, a déclaré le 2 mars Vladimir Chizhov, ambassadeur russe auprès de l’UE, à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Il a fait remarquer que l’idée d’étendre le format Normandie n’était pas complètement nouvelle. « Paris et Berlin en sont jaloux », a-t-il indiqué. « La Russie n’a jamais refusé de parler de la situation en Ukraine, même avec les États-Unis. »

L’UE est exclue du format Normandie, principalement en raison des positions contraires de certains États membres tels que la Pologne.

>> Lire : Vive dégradation de la situation militaire dans l’est de l’Ukraine

Le 12 février, après 17 heures de négociations dans la capitale biélorusse, Minsk, les dirigeants de l'Allemagne, de la France, de la Russie et de l'Ukraine (format Normandie) ont soutenu un accord pour mettre fin aux combats dans l'est de l'Ukraine.

Dans une déclaration commune, les quatre dirigeants se sont engagés à respecter la souveraineté de l'Ukraine et son intégrité territoriale.

Les dirigeants occidentaux surveillent de près la mise en œuvre de l'accord de Minsk.

Le 2 mars 2015, les responsables européens se sont accordés à dire que l'OSCE devait avoir un rôle plus large d'observateur du cessez-le-feu et du retrait des armes.

Le 2 octobre 2015, les dirigeants du format Normandie ont admis qu'il faudrait du temps pour organiser des élections en Ukraine qui respectent les normes internationales. Par conséquent, le processus de paix de Minsk a été reconduit d'une année.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.