Des oligarques russes créent un parti politique à Chypre

2402442423_e8a8ac8631_z [Dan Nevill/Flickr]

Des oligarques russes ont créé un nouveau parti politique à Chypre. Il compte participer aux prochaines élections européennes, en 2019.

Quand la nouvelle de la création d’un parti appelé « Moi, citoyen » s’est répandue, de nombreux Chypriotes se sont demandés s’il représentait les intérêts russes, mais le porte-parole du parti, Dimitris Michalakakos, a insisté sur le fait qu’il était « purement chypriote ».

Il a toutefois reconnu que les personnes à l’origine de cette initiative étaient des Chypriotes de nationalité russe. « À l’origine, on disait que c’était un parti de Russes, mais aujourd’hui, les Chypriotes ayant adhéré à ce projet sont nombreux », a-t-il insisté.

Le leader du parti, Alexey Volobeov, un homme d’affaires de Limassol, avait déjà créé une station de radio russe à Chypre.

Les médias grecs rapportent que les oligarques russes derrière cette initiative ont tiré profit de la loi autorisant l’obtention de la citoyenneté chypriote si la personne possède 2,5 millions d’euros dans les banques locales et une résidence sur place d’une valeur de 500 000 euros.

Un nombre considérable d’oligarques russes utilisent l’île méditerranéenne comme base pour leurs activités commerciales.

Approche pro-européenne

Selon la presse chypriote, le nouveau parti aurait une approche centriste, axée sur l’européanisation et la modernisation de l’île.

En ce qui concerne la question chypriote, un sujet épineux pour l’île, le parti soutient la poursuite des négociations onusiennes et encourage une « fédération bicommunautaire et bizonale », comme le réclament les Grecs chypriotes.

La Russie réfute toute responsabilité dans l’échec des négociations chypriotes

L’ambassadeur russe auprès l’UE a rageusement réfuté un article selon lequel Moscou se serait efforcée de saboter l’accord de réunification de Chypre.

Sur le plan économique, le parti est en faveur d’un modèle plus social et s’oppose aux politiques néolibérales extrêmes.

Avantages démocratiques

Pour Takis Hadjigeorgiou, eurodéputé chypriote de gauche, tout regroupement démocratique de personnes ne fait que renforcer la démocratie.

« Les objectifs fondamentaux du pluralisme, de la liberté et du dialogue créatif doivent être à la portée de tous. Il existe par ailleurs une autre condition : tout doit être fait dans l’intérêt des citoyens chypriotes. Avec cela à l’esprit, je salue chaleureusement la création de ‘Moi, citoyen’ » a-t-il déclaré.

L’eurodéputé de gauche rappelle que le système politique chypriote est en crise et que l’annonce d’un nouveau parti pourrait être accueillie avec scepticisme. « Mais ce n’est pas néfaste pour la démocratie, au contraire, la démocratie en profite », a-t-il conclu.