Terrorisme et cybersécurité : le ministre américain se félicite d’une coopération « étroite » avec la France et l’UE

Le secrétaire à la Sécurité intérieure des Etats-Unis, Alejandro Mayorkas, a insisté sur la nécessité de poursuivre le « partage d’informations » entre les différents partenaires occidentaux, dans le contre-terrorisme comme dans la cybersécurité. [EPA-EFE/MICHAEL REYNOLDS]

Lors d’une rencontre avec EURACTIV France mercredi (22 juin), le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, Alejandro Mayorkas, s’est réjoui de la qualité de la coopération avec la France et l’UE en matière de cybersécurité et de contre-terrorisme.

En amont de la réunion ministérielle entre l’UE et les États-Unis dans le domaine de la justice et des affaires intérieures de jeudi (23 juin), Alejandro Mayorkas a rappelé la qualité du « partenariat très étroit » entre les États-Unis, la France et l’Union européenne en matière de lutte contre le terrorisme.

Une coopération jugée « excellente » par son homologue français, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qu’il a rencontré dans la foulée de notre entrevue.

M. Mayorkas a insisté sur la nécessité de poursuivre le « partage d’informations » entre les différents partenaires occidentaux, dans ce domaine comme dans celui de la cybersécurité, « un défi qui a connu une croissance exponentielle », notamment en ce qui concerne les ransomwares – les logiciels malveillants demandant une rançon à la victime pour récupérer ses données ou l’utilisation de son appareil.

« Une étroite collaboration » entre les États-Unis et la France, a expliqué M. Mayorkas, est d’autant plus nécessaire que « nous sommes à un point d’inflexion, car, dans le paysage de la cybersécurité, la plupart de nos infrastructures critiques sont entre les mains du secteur privé ».

Le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis a aussi partagé son inquiétude quant à la « possibilité de représailles [cybercriminelles] russes, compte tenu de notre solidarité avec le peuple ukrainien » – une préoccupation qui concerne aussi les Européens.

Les dangers d’internet sont interdépendants avec les enjeux liés au terrorisme : M. Mayorkas a expliqué qu’aux États-Unis, la menace, qui à l’origine était étrangère, a évolué vers le profil de « l’individu résidant déjà aux États-Unis et radicalisé par une idéologie terroriste étrangère par le biais des réseaux sociaux et des plateformes en ligne ».

Une situation que connaît également la France, depuis les attentats de Paris en 2013 et en 2015, et qui justifie un partage renforcé des expériences et des informations : « les canaux sont multiples, bilatéraux et coordonnés » à la fois entre les responsables publics et au sein de « la communauté du renseignement », a détaillé M. Mayorkas.

Parmi les autres éléments discutés aussi bien bilatéralement avec la France qu’au niveau de l’UE lors de la réunion ministérielle de jeudi, M. Mayorkas a évoqué le soutien aux Ukrainiens fuyant la guerre, dont une partie est accueillie aux États-Unis. Il a précisé qu’il leur sera permis d’y « rester jusqu’à ce qu’il soit sûr pour eux de revenir » en Ukraine.

La rencontre avec les ministres européens portera aussi sur la répression de l’exploitation de la pédopornographie, a signalé M. Mayorkas, selon qui « nos efforts de collaboration ne demandent qu’à progresser, compte tenu de l’avancée du fléau », saluant la coopération en la matière avec la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson.

Interrogé par EURACTIV sur le possible manque de confiance entre Européens et Américains lorsque ces derniers ont alerté sur l’invasion imminente de l’Ukraine, M. Mayorkas a fait valoir « que la méfiance qui pouvait exister avant cette administration [celle de Joe Biden] a été surmontée bien avant janvier 2022 », insistant sur les bonnes relations, la coopération et le partage des informations efficace entre les États-Unis et l’Union européenne.

Le chef de l’agence européenne de cybersécurité met en garde contre les cyber-menaces

À l’occasion du programme d’exercices paneuropéens Cyber Europe, le directeur exécutif de l’agence européenne pour la cybersécurité a déclaré que les États membres devaient rester vigilants face aux cyber-incidents et à leurs conséquences potentielles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe