L’actu en capitales : Bucarest sur la sellette, défections chez les conservateurs britanniques, conflit d’intérêt en République tchèque

Bucharest_Fotor

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

BUCAREST

Dragnea au congrès du PSE : Le président socialiste Liviu Dragnea devrait finalement participer au congrès du Parti socialiste européen des 22 et 23 février, à Madrid, même s’il avait initialement annoncé ne pas vouloir être pris en photo avec quelqu’un qui « hait la Roumanie ».

Les socialistes européens se sont distanciés de leur filiale roumaine pour plusieurs raisons, principalement les changements du système judiciaire adoptés par la coalition menée par le PSD. Après avoir remporté les élections fin 2016, le PSD a tenté d’alléger la législation anticorruption, mais a temporairement abandonné face à la plus grande vague de manifestations dans le pays depuis la chute du communisme en 1989.

Le gouvernement roumain nie les allégations de corruption portées contre certains de ses membres, affirmant que des « procureurs issus des élites » ont construit ces affaires de toutes pièces sur la base de preuves falsifiées et de chantage.(Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

MADRID

Turbulences sur le Brexit : Iberia, l’ancienne compagnie nationale espagnole, s’est vu accorder un délai de six mois (au lieu de 12) par la Commission européenne pour réorganiser sa structure d’actionnariat et l’adapter à la réglementation européenne en cas de Brexit sans accord, a indiqué mercredi notre partenaire, EuroEFE.

Dans un tel scénario, les compagnies aériennes nationales européennes qui ne sont pas contrôlées à plus de 50 % par des actionnaires européens perdront leurs droits de vol dans l’UE. Iberia appartient à la holding britannique IAG. (EuroEFE)

BERLIN

Déplaisir d’extrême droite : la Cour constitutionnelle de Berlin a rejeté un procès intenté par l’AfD contre le maire de Berlin Michael Müller (SPD), indique Der Tagesspiegel. Le parti d’extrême droite a intenté des poursuites contre Michael Müller après qu’il a tweeté qu’il était heureux que 25 000 personnes soient descendues dans la rue en réaction à une marche de l’AfD dans la ville l’année dernière. (Claire Stam, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Dissidents conservateurs : Après le départ de huit élus du Parti travailliste, c’est au tour du Parti conservateur de perdre des plumes. Trois éminents députés conservateurs ont quitté le parti, pour cause de désaccord avec le projet de Brexit de la Première ministre, Theresa May. Celle-ci s’est déclarée « attristée » par ce départ, mais assure que son parti « offrirait toujours […]une politique décente, modérée et patriotique ». (Samuel Stolton, Euractiv)

VARSOVIE

Le Parlement européen n’est pas une maison de retraite : Le parti conservateur Droit et justice (PiS, affilié CRE) a présenté ses principaux candidats aux élections européennes. Parmi eux figurent des stars de la politique nationale, dont l’ancienne Première ministre Beata Szydło, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, et le ministre de l’Intérieur actuel, Joachim Brudziński. Leur tête de liste sera Jacek Saryusz-Wolski, qui a perdu face à Donald Tusk pour la présidence du Conseil de l’UE en 2017. Robert Biedroń, chef du parti d’opposition progressiste Wiosna, a réagi sur Twitter : « Je croyais que les dinosaures avaient disparu. Le PE n’est pas une maison de retraite. » (Karolina Zbytniewska, Euractiv Pologne)

ROME

Enlèvement diplomatique : La fille de 17 ans de l’ancien ambassadeur de Corée du Nord à Rome, qui a fait défection, a été enlevée par les services secrets de Pyongyang et rapatriée de force, a rapporté un autre diplomate transfuge. L’adolescente n’a pas pu s’enfuir avec ses parents, qui ont tous deux disparu en novembre dernier. Le Mouvement 5 étoiles et l’opposition ont demandé au ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, de faire un rapport sur la question au parlement. (Gerardo Fortuna, Euractiv)

NICOSIE

Atteinte au halloumi : Le président chypriote, Nikos Anastasiades, a appelé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à faire avancer le processus d’obtention de l’appellation d’origine protégée (AOP) du fromage halloumi/hellim. Le halloumi est le produit traditionnel le plus célèbre de Chypre, mais la demande d’AOP est au point mort depuis 2015. Les choses se sont encore compliquées lorsqu’un tribunal britannique a récemment accordé à une société britannique associée à une licence commerciale grecque chypriote d’utiliser la marque « Halloumi » au Royaume-Uni et dans des pays tiers.

VIENNE

Négociations commerciales et douanes : Le président américain, Donald Trump, a accueilli chaleureusement le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, à la Maison-Blanche et lui a promis une « grande relation » entre leurs deux pays. Il a toutefois insisté sur la réflexion en cours sur de possibles droits de douane sur les voitures importées d’Europe, tout en notant que la décision dépendra de la conclusion ou non d’un accord commercial avec l’UE.

BRATISLAVA

Mafia italienne en Slovaquie : Selon le quotidien italien La Repubblica, le parquet italien dispose d’informations sur un appel téléphonique datant de 2012 entre l’ancien Premier ministre slovaque, Robert Fico, et Antonino Vadala, un citoyen italien vivant en Slovaquie, sous enquête italienne pour des liens supposés avec la mafia Ndrangheta. Les liens entre les politiciens slovaques et la Ndrangheta étaient l’objet de l’article que rédigeait le journaliste d’investigation Ján Kuciak au moment de son assassinat, l’an dernier l’année dernière. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Conflits d’intérêts : Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, la deuxième personne la plus riche du pays, a été mentionné dans un rapport sur le budget de l’UE pour 2017 en raison de soupçons de conflit d’intérêts. La Commission a ouvert une enquête. L’entreprise du Premier ministre, Agrofert, a reçu des millions d’euros par an en subventions agricoles. Officiellement, il s’est défait de ses liens avec l’entreprise en 2017.

La commission du contrôle budgétaire du Parlement européen a regretté que la Commission n’ait réagi qu’après la plainte de Transparency International contre Andrej Babiš en juin 2018.

(Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER