L’actu en capitales: Orban attaque les «idiots utiles» de la droite européenne

berlin-800x450

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

BERLIN

« Idiots utiles de la gauche » : Lors d’une interview pour le journal allemand Die Welt am Sonntag, le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, s’est attaqué aux membres du PPE qui demandent son expulsion du groupe politique, qu’il qualifie d’« idiots utiles » des forces de gauche. « La gauche n’attaque pas la Hongrie en tant que telle, leur but est de fragiliser le PPE. Si nous sommes exclus, ils s’attaqueront aux Italiens et aux Autrichiens. Ils veulent affaiblir le PPE au niveau européen, afin que les socialistes et la gauche puissent prendre le pouvoir », a estimé le Premier ministre.

Dix membres du PPE ont demandé l’exclusion du Fidesz, le parti de Viktor Orbán. Manfred Weber, le Spitzenkandidat du groupe, a expliqué que rien n’était exclu. « Je suis le candidat principal du PPE et c’est à moi et à l’équipe dirigeante du PPE de décider de notre stratégie électorale, pas à Orbán », a-t-il déclaré.

Il a indiqué que la campagne contre le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, cesserait le 15 mars, mais qu’une autre serait alors lancée contre Frans Timmermans, le Spitzenkandidat socialiste. La campagne contre George Soros, milliardaire hongrois et allié de Frans Timmermans, selon Viktor Orbán, continuera. Le Premier ministre estime que la Commission doit cesser de prendre des décisions liées à l’immigration et souhaite donner plus de pouvoirs aux ministres de l’Intérieur, sur le modèle organisationnel de la zone euro.

LGBT-phobie au CDU : La nouvelle dirigeante de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a suscité une vive polémique après avoir fait une remarque anti-LGBT, rapporte notre partenaire, Der Tagespiegel. Lors d’un échange sur les toilettes neutres installées à certains endroits de Berlin, elle a dit : « C’est pour les hommes qui n’arrivent pas à décider s’ils veulent uriner debout ou assis ». (Claire Stam, Euractiv Allemagne / Sarantis Michalopoulos, Euractiv)

LONDRES

L’assiette post-Brexit : Les États-Unis espèrent obtenir un « accès complet » au marché britannique après le Brexit. Les Britanniques sont cependant de plus en plus inquiets des normes de sécurité appliquées aux aliments aux États-Unis, comme dans le cas du poulet chloré et du bœuf aux hormones, interdits par l’UE.

« Les termes incendiaires et induisant à l’erreur tels que ‘poulet chloré’ et ‘bœuf aux hormones’ sont utilisés pour présenter l’agriculture américaine de la pire manière possible. Il est temps que ces mythes soient identifiés clairement : il s’agit d’une campagne diffamatoire menée pour défendre les intérêts de certaines personnes », s’est irrité l’ambassadeur américain à Londres.

L’Union nationale des agriculteurs a appelé le gouvernement à ne pas conclure un accord commercial bâclé avec les États-Unis. « Ils considèrent que l’approche de l’UE en matière d’OGM est injustifiée, et préfèreraient que l’UE change d’approche, et ils se comporteront de la même façon avec le Royaume-Uni pendant les négociations », a déclaré un représentant de l’organisation. (Samuel Stolton, Euractiv)

ROME

Macron tend la main : Lors d’une émission de la télévision publique RAI, Emmanuel Macron a appelé le gouvernement italien à tourner la page de la récente crise diplomatique avec la France. « Il y a eu des propos excessifs. Il y a des péripéties aujourd’hui. Moi, je pense que ce que nous devons à nos peuples, à notre histoire et à l’Europe, c’est d’aller au-delà », a déclaré le président français, qui a souligné que, pour Paris, le dialogue avec Rome est aussi essentiel que celui avec Berlin.

Manifestation pour les migrants : Près de 200 000 personnes ont défilé à Milan le 2 mars lors d’une manifestation contre les politiques anti-immigration du parti au pouvoir, la Lega. « Les manifestations non violentes, c’est bien, mais je ne changerai pas d’avis », a réagi le dirigeant du parti, Matteo Salvini.

ATHÈNES

Moody’s surclasse la Grèce : L’agence de notation Moody’s a surclassé la dette en devise étrangère de la Grèce de deux catégories, puisqu’elle est passée de B3 à B1 avec une perspective stable. « L’effort réformateur en cours commence doucement à trouver écho dans l’économie », a indiqué l’agence. Cette décision devrait renforcer la position du gouvernement, qui souhaite un vrai retour aux marchés.

BRATISLAVA

Babiš ne veut pas des projets « soft » : « Je ne veux pas d’argent [européen] pour des séminaires et des ateliers, nous voulons du concret », a assuré le Premier ministre, Andrej Babiš, après une rencontre du groupe de Višegrad et de l’Allemagne, qui s’est centrée sur les projets d’infrastructure que financera l’UE dans le prochain cadre financier pluriannuel. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

La volte-face sur le droit d’auteur irrite les pirates : Le Parti pirate tchèque estime que la directive sur le droit d’auteur récemment adoptée par l’UE menace la liberté sur internet. Malgré ses objections, le gouvernement tchèque a fini par donner son feu vert au texte, critiquent les pirates. Ils demandent des explications au ministre de la Culture, Antonin Staněk. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

SOFIA

Visite russe : Le Premier ministre russe, Dimitriy Medvedev, est à Sofia le 4 mars. Les discussions avec le gouvernement devraient se centrer sur des questions d’énergie. La Bulgarie a notamment comme projet de construire une extension au gazoduc Turkish Stream, afin d’envoyer du gaz russe en Europe centrale, et de faire redémarrer le projet nucléaire Belene.

Le projet devrait encore être approuvé par l’UE, qui s’inquiète de l’influence russe au sein de son territoire. La visite suit une enquête sur un possible lien entre le potentiel empoisonnement du marchand d’armes bulgare Emilian Gebrev, en 2015, et l’empoisonnement de Sergei Skripal et de sa fille à Salisbury l’an dernier. (Euractiv et notre partenaire, Dnevnik)

BUCAREST

D’anciens champions au Parlement : L’ancien joueur de tennis Ilie Nastase, star des années 1970, et Anghel Iordanescu,  l’entraineur de football le plus populaire du pays, se présentent aux élections européennes. Ils ont tous deux été généraux des armées et sénateurs au parlement roumain. Ils sont sur les listes du parti de gauche Union nationale pour le progrès de la Roumanie (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe