UE: le portefeuille de l’économie pour l’Irlande ?

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

DUBLIN

L’Irlande à l’économie ? Tandis que la députée européenne et membre du Fine Gael, Maireád McGuinness, et le vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) Andrew McDowell ont été proposés comme successeurs potentiels de l’ancien commissaire au commerce Phil Hogan, les discussions se tournent maintenant vers le portefeuille probable de l’Irlande au sein de l’exécutif européen.

Bien que Mme McGuinness soit la candidate favorite pour occuper ce poste, certains s’interrogent sur son profil dans la gestion du vaste portefeuille du commerce.

L’ancien poste de M. Hogan pourrait être confié à Valdis Dombrovskis, actuellement chargé de l’« économie au service des personnes ».

M. Dombrovskis occupe le poste de commissaire au commerce à titre intérimaire, mais s’il lui était proposé de manière permanente, le nouveau commissaire irlandais pourrait être invité à reprendre le portefeuille de l’économie. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

BERLIN

Menaces indirectes sur Nord Stream 2. Au cours du week-end, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas (SPD) a indirectement menacé d’arrêter la construction du gazoduc Nord Stream 2 à la suite de l’empoisonnement du leader de l’opposition russe Alexei Navalny. « J’espère que les Russes ne nous forceront pas à changer notre position sur Nord Stream 2 », a déclaré M. Maas au journal, Bild am Sonntag.

Cependant, il a également mis en garde contre le coût d’un tel changement et a indiqué qu’il fallait « être conscient des conséquences ». L’arrêt de la construction du projet pourrait laisser le pays ouvert aux demandes de dommages et intérêts des entreprises concernées. De plus, il a laissé entendre que limiter la réponse à Nord Stream 2 ne correspondrait pas à la gravité du crime commis contre M. Navalny. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le Conseil d’État soutient le droit de rendre les masques obligatoires. Dans deux décisions rendues dimanche soir (6 septembre), l’institution française chargée du respect de la Constitution a autorisé les préfets à promulguer des décrets pour rendre le port du masque obligatoire dans les zones à haut risque de contamination à la COVID19. La décision du Conseil d’État entérine les décisions prises par les départements de Strasbourg et de Lyon. Par ailleurs, elle exclut les activités physiques ou sportives et les zones peu peuplées. (Anne Damiani, Euractiv France)

VIENNE

25 % de la population est issue de l’immigration. En Autriche, une personne sur quatre est issue de l’immigration, selon les premières données du rapport du gouvernement autrichien sur l’intégration. Au cours des dix dernières années, ce chiffre a augmenté d’environ 35 %.

Le rapport montre également une situation difficile sur le marché du travail, probablement due au coronavirus. La ministre de l’Intégration, Susanne Raab (ÖVP), a souligné les défis permanents que le pays devait relever sur le front de l’intégration, déclarant que « le chemin à parcourir [était] encore long et semé d’embûches ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Moins de conférences de presse sur la COVID-19. Les conférences de presse du centre de crise belge seront réduites de trois à une par semaine, a déclaré Yves Stevens du Centre national de crise à l’agence de presse Belga, car les chiffres de contamination se sont stabilisés ces dernières semaines.

Une moyenne de 435,6 personnes par jour ont été testées positives au cours de la dernière semaine, d’après les derniers chiffres de Sciensano. Le taux de nouvelles infections par jour a augmenté de 3 % sur la période de 7 jours allant du 27 août au 2 septembre, par rapport à la semaine précédente. « Nous continuons à communiquer les chiffres quotidiennement, mais l’interprétation qui est actuellement donnée trois fois par semaine lors d’une conférence de presse n’aura désormais lieu qu’une fois par semaine, le mercredi », a-t-il indiqué. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

David Frost fait pression. Dimanche 6 septembre, le négociateur en chef du Royaume-Uni pour un accord commercial post-Brexit David Frost a mis la pression sur Bruxelles alors que les discussions avec Londres se profilent, signalant que le gouvernement de Boris Johnson n’avait pas « peur » de se retirer des négociations sans un accord.

David Frost accueillera son homologue européen Michel Barnier pour le huitième cycle de négociations à Londres, qui débutera mardi. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ATHÈNES

Les Grecs comptent sur l’Autriche et la France. Jusqu’à présent, Paris et Vienne sont les seuls États membres de l’UE à soutenir ouvertement la Grèce dans son conflit avec la Turquie.

Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a déclaré hier (6 septembre) que son pays « ne se tairait pas, tant que la Turquie continue de violer le droit international, les droits de l’homme, la liberté des médias et l’État de droit, ou d’utiliser les réfugiés et les migrants comme moyen de pression ». (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

BUDAPEST

Chaîne humaine. Des milliers de personnes ont pris part à une chaîne humaine de l’Université d’art dramatique et cinématographique de Budapest, actuellement soumise à un blocus étudiant, au bâtiment du Parlement. L’objet de cette manifestation porte sur ce que beaucoup considèrent comme une tentative de restreindre la liberté académique de l’institution.

Les participants se sont transmis la charte de l’université, connue sous le nom de « magna carta universitatum », du bâtiment de l’université au siège du parlement, en signe de solidarité après le départ, lundi 31 août, de toute la direction de l’institution, en raison d’« une perte totale d’autonomie ».

Les étudiants qui occupent le bâtiment demandent le rétablissement de la direction de l’université et la démission du proche de Vitkor Orbán, Attila Vidnyánszky, président du conseil d’administration de l’université nouvellement créé. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER