Des hackers chinois responsables de la cyber-attaque contre le parlement finlandais

La divulgation de l'identité de l'intrus présumé est une exception à la règle et montre la gravité de l'opération, car de telles découvertes ne sont généralement pas publiées. [Kaur Kristjan/Unsplash]

Le service finlandais de sécurité et de renseignement (SUPO) a identifié le groupe à l’origine de la cyber-attaque contre les systèmes informatiques du parlement finlandais à l’automne dernier.

Un groupe appelé APT31 est responsable de « l’opération de cyber espionnage menée par l’État », selon le communiqué de presse du service de renseignement publié jeudi (18 mars), et selon les experts en sécurité des données, l’opération a été tracée jusqu’en Chine.

La divulgation de l’identité de l’intrus présumé est une exception à la règle et montre la gravité de l’opération, car de telles découvertes ne sont généralement pas publiées.

Le National Bureau of Investigation (NBI) a également publié une déclaration jeudi concernant les infractions d’intrusion informatique aggravée, d’espionnage aggravé et d’interception de messages aggravée.

« Nous enquêtons sur les liens avec le groupe APT31, mais nous ne divulguerons aucun détail sur les faits découverts car l’enquête criminelle est en cours« , a déclaré le commissaire-détective du NBI, Tero Muurman. « Le motif est en cours d’investigation. Nous n’avons pas exclu la possibilité que l’objectif de l’attaque était de recueillir des renseignements au profit d’un État étranger ou de nuire aux intérêts de la Finlande », a ajouté M. Muurman.

L’année 2020 a été décrite comme une année d’opérations de cyber espionnage à l’échelle mondiale d’une intensité exceptionnelle

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer