Un nouveau sarcophage cofinancé par l’UE pour Tchernobyl

Nouveau sarcophage de sécurité [EFE/Archivo/RomanPilipey]

Le réacteur 4 de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl a été couvert d’une nouvelle arche. Il s’agit de la plus grande structure mobile jamais construite par l’être humain. Un article d’Euroefe.

« 22 ans après la création du Fonds de protection de Tchernobyl, la nouvelle arche protectrice vient d’être inaugurée en Ukraine », a déclaré sur Facebook Antón Úsov, représentant de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) en charge du projet.

Le nouveau sarcophage de sécurité, qui prend la forme d’une arche de 110 mètres de haut, 150 mètres de large et 256 de long, pèse plus de 30 000 tonnes et remplace le sarcophage en béton armé construit après l’explosion du 4ème réacteur.

Sa construction a débuté en 2007 et a donc duré plus de dix ans, pour un coût total de 1,5 milliard d’euros, dont 700 millions sont des fonds de la BERD.

« D’une durée de vie d’au moins 100 ans, le sarcophage permettra de résoudre la question du démantèlement de l’ancien sarcophage sur le réacteur 4 », explique Antón Úsov.

L'UE participe au financement du sarcophage de Tchernobyl

Aujourd'hui (19 avril), l'Ukraine se tourne vers l'extérieur et demande davantage d'argent afin de pouvoir limiter les conséquences du pire accident nucléaire de l'histoire. L'UE, qui a déjà versé la plus grande partie des fonds alloués aux projets de Tchernobyl et s'est engagée à payer 110 millions d'euros supplémentaires pour un nouveau sarcophage afin de protéger le réacteur endommagé au moins jusqu'à la fin du siècle.

Lors de sa visite du site qui fut le théâtre de la plus grande tragédie nucléaire de l’histoire, le président ukrainien, Vladímir Zelenski, a déclaré qu’il était temps d’en finir avec l’image négative de Tchernobyl.

« Nous devons transformer notre problème en avantage », a-t-il insisté tout en annonçant qu’il avait signé un décret pour encourager les voyages à Tchernobyl.

Le président ukrainien a souligné le caractère extraordinaire de la nature dans la zone de la catastrophe nucléaire qui, selon lui, est en train de se remettre de l’accident de 1986.

« Nous devons montrer ce site au monde, aux scientifiques, aux écologistes, aux historiens et aux touristes », a-t-il déclaré, cité par l’agence Interfax Ukraine.

Le document, signé par Vladímir Zelenski, prévoit en particulier, la levée de l’interdiction de faire des photos et des vidéos dans la zone d’exclusion autour de la centrale nucléaire.

Selon les autorités ukrainiennes, l’afflux de touristes visitant chaque année la zone de Tchernobyl a été multiplié par 10 depuis 2015 pour passer de 8 000 à 70 000 personnes.

Selon des estimations officielles, l’explosion qui a eu lieu à l’aube du 26 avril 1986 a répandu 200 tonnes de matériel d’une radioactivité de 50 millions de curies, l’équivalent de 500 bombes atomiques comme celle lancée sur Hiroshima.

La radiation continue d’affecter des milliers d’habitants en Biélorussie, Ukraine et Russie, où se trouve 70 % des près de 200 000 kilomètres carrés de terrain contaminé.

Les centrales nucléaires belges inquiètent les Allemands

La décision du gouvernement belge d’allonger la durée de vie de ses centrales nucléaires inquiète l’Allemagne et les Pays-Bas. Un article d’EURACTIV Allemagne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.