Une coalition entre Podemos et les socialistes, une bonne nouvelle pour la Catalogne ?

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

STRASBOURG/MADRID

Un gouvernement progressiste entre le parti socialiste espagnol (PSOE) et Podemos (gauche) tentera de réduire les tensions sociales au sein d’une Catalogne divisée, a déclaré Iratxe García, la cheffe du groupe socialiste et démocrate au Parlement européen (S&D) à Euractiv.com.

« Au-delà de toute considération politique, la société catalane est aujourd’hui divisée, et nous devons ouvrir de nouveaux espaces pour panser les plaies. Loin d’alimenter la confrontation, le PSOE et Podemos tenteront de contribuer à jeter des ponts », a déclaré Mme García, exprimant son optimisme et son espoir que le nouveau gouvernement entre bientôt en fonction.

Proche alliée du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, Mme García a déclaré que le programme « progressiste » d’un tel gouvernement, qui privilégie la transformation écologique, créerait de nouvelles opportunités pour tous.

Entre-temps, Euroefe a rapporté que le parti séparatiste catalan ERC (Gauche républicaine de Catalogne) et le PSOE ont mené des négociations tendues mercredi 18 décembre sur les revendications politiques d’ERC et la date de signature d’un accord qui permettrait l’investiture du gouvernement de Pedro Sánchez.

Des sources proches des deux parties ont déclaré mercredi qu’un accord était « en vue », et pourrait même être conclu avant la fin de l’année, mais que des détails politiquement sensibles devaient encore être réglés, selon Euroefe. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

BERLIN

Dossiers classés « secrets ». Le ministre des Transports Andreas Scheuer (CSU), qui fait l’objet d’une enquête parlementaire sur des allégations selon lesquelles il aurait mal géré des fonds publics, avait promis une « transparence maximale » et même remis personnellement (et publiquement) les dossiers nécessaires aux enquêteurs. Mais nombre de ces dossiers ont par la suite été classés comme « secrets », ce qui signifie que si les législateurs peuvent encore les examiner, ils sont devenus inaccessibles au public. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

VIENNE

Feu vert pour le plan climat. Le Parlement autrichien a approuvé le programme climatique et laisse la porte ouverte à la mise en place d’une taxe sur le CO2. Le document va maintenant être envoyé à Bruxelles. Ces mesures comprennent un contrôle plus strict de la vitesse sur les routes, l’électrification des taxis et des bateaux, et une réforme prônant une densification des zones d’habitation. Le prix de ces mesures est estimé entre 166 et 173 milliards d’euros jusqu’en 2030. Mais cela suffira-t-il pour atteindre les objectifs climat du pays ? (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

HELSINKI

Le camp d’Al-Hol provoque l’émoi du gouvernement. Après des mois de tergiversations, le gouvernement finlandais a finalement pris une décision politique sur la manière de traiter une quarantaine de citoyens finlandais qui se trouvent dans le camp de réfugiés d’Al-Hol en Syrie. Quelque 11 000 femmes et enfants étrangers sont détenus dans ce camp, pour la plupart des membres des familles des combattants de l’État islamique.

L’objectif est de rapatrier les enfants le plus rapidement possible, tandis que le statut des mères dans le camp syrien sera laissé à la discrétion des fonctionnaires. Cette affaire a provoqué de sérieux remous au sein du gouvernement finlandais. (Pekka Vanttinen)

La VALETTE/PARIS

« Profonde préoccupation » au sujet de l’enquête sur Caruana Galizia. Les eurodéputés ont soutenu une résolution, mercredi 18 décembre, dans laquelle ils se sont dits préoccupés par « l’intégrité et la crédibilité de l’enquête sur l’assassinat de Daphné Caruana Galizia ». Ils estiment que tant que le Premier ministre maltais Joseph Muscat sera en fonction, un risque pour l’intégrité de l’enquête sur la mort de la journaliste subsistera. (Samuel Stolton, Euractiv France)

BRUXELLES

Blindés « inutilisables ». L’armée belge est en difficulté après que 44 de ses véhicules blindés de reconnaissance, qui faisaient l’objet d’une modernisation pour plus de 31 millions d’euros, sont devenus dangereux à utiliser, selon des documents internes du ministère de la Défense. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

DUBLIN

Médiatrice irlandaise. L’Irlandaise Emily O’Reilly a été élue Médiatrice européenne par les députés européens à Strasbourg. Elle s’est imposée face à la juge estonienne Julia Laffranque. Mme O’Reilly a obtenu 320 voix et exercera son deuxième mandat à ce poste, au cours duquel elle sera chargée d’enquêter sur d’éventuels cas de dysfonctionnements administratifs de la part des institutions européennes. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

LONDRES

Les travaillistes en plein cauchemar avant Noël. Moins d’une semaine après que le parti travailliste a subi sa pire défaite électorale en une génération, son personnel a été averti mercredi 17 décembre que d’importantes suppressions d’emplois étaient prévues au siège du parti. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Salvini risque (encore) un procès. Un tribunal italien a demandé au parlement d’autoriser une enquête sur l’ancien ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, au sujet d’allégations d’enlèvement. Selon les magistrats, il a refusé de laisser débarquer des migrants sur le navire des gardes-côtes italiens Gregoretti en juillet dernier. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHÈNES

Les eurodéputés s’inquiètent de la violence policière. 33 députés européens, dont Ska Keller des Verts, ont envoyé une lettre au gouvernement grec exprimant leur inquiétude face à l’augmentation des incidents d’extrême violence policière contre les citoyens. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Nouvelle vague de protestations contre les réformes judiciaires. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté devant le parlement et dans d’autres villes de Pologne contre l’attaque du pouvoir judiciaire par le parti Droit et Justice (PiS) au pouvoir, le 17 décembre. En cause, un projet de loi du PiS visant à assujettir les juges, qui a été annulé par la Cour européenne de justice et la Cour suprême polonaise. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Moratoire sur le moratoire. La Cour constitutionnelle slovaque a décidé de suspendre le moratoire de 50 jours sur les sondages d’opinion avant les élections. Cela signifie qu’il ne s’appliquera pas avant les prochaines élections législatives de 2020. La Cour doit encore se prononcer sur la constitutionnalité de la mesure que la présidente Zuzana Čaputová lui a soumise. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

SOFIA

Des excuses. L’eurodéputé bulgare Angel Dzhambazki a présenté ses excuses pour ses remarques concernant la présidente de la Commission des transports, Karima Delli, qu’il a qualifiée de « Franco-algérienne » et Ismail Ertug, décrit comme un « Turco-allemand ». (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BUCAREST

Responsabilité budgétaire. Le gouvernement roumain prévoit d’endosser la pleine responsabilité du budget 2020, en utilisant une procédure qui évite les débats parlementaires dans le processus d’adoption de la loi. Ce serait une première pour la Roumanie, mais le gouvernement de centre droit a déclaré que c’était le seul moyen pour lui de présenter un budget d’ici à la fin de l’année. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie).

ZAGREB

Débat crucial. La Télévision nationale croate (HRT) a accueilli le premier et dernier débat présidentiel avec les 11 candidats en lice pour le second tour des élections présidentielles qui aura lieu ce dimanche 22 décembre. Bien que la présidente sortante, Kolinda Grabar-Kitarović (HDZ, PPE), ait été critiquée pour des déclarations controversées qui sont devenues virales et qui ont gravement entamé sa popularité, la plupart des experts politiques ou souligné la qualité de sa performance durant le débat. Elle a tout de même été très critiquée pour avoir accusé l’Agence de sécurité et de renseignement (SOA) de corruption, ce qui a déclenché une tempête médiatique le jour suivant. (Tea Trubić Macan, Euractiv Croatie).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.