Viktor Orbán restera au volant du Fidesz

Les 33 dernières années n'ont été « qu'un échauffement » et si le Fidesz continue à gouverner, M. Orbán estime que la Hongrie pourrait figurer parmi les pays les plus développés dans dix ans. [Szilard Koszticsak/EPA]

Lors du 29e congrès du Fidesz, dimanche 14 novembre, le Premier ministre Viktor Orbán a été confirmé à la tête du parti au pouvoir pour deux années supplémentaires, rapporte Telex, promettant que les trois dernières décennies n’étaient qu’un « échauffement ».

M. Orbán a obtenu 1 061 voix sur un nombre non divulgué de votes après avoir été le seul candidat désigné pour le poste de président, qu’il a accepté avant les résultats.

« Je suis au meilleur âge — même si je me doute un peu que j’ai toujours eu cette impression », a déclaré M. Orbán en plaisantant pendant son discours.

Les 33 dernières années n’ont été « qu’un échauffement » et si le Fidesz continue à gouverner, M. Orbán estime que la Hongrie pourrait figurer parmi les pays les plus développés dans dix ans.

« Nous pouvons nous hisser au rang des pays développés. Nous pouvons éradiquer les vestiges de la pauvreté. Nous pouvons être un pays de personnes vertes et saines, préservant ses trésors et sa beauté naturels, vivant en meilleure santé et plus longtemps », a-t-il déclaré.

Plus précisément, M. Orbán a également promis de relancer la production de véhicules ferroviaires, de racheter l’aéroport international de Budapest et de terminer la construction de la centrale nucléaire de Paks 2.

Lors de cette journée, les délégués du Fidesz ont surtout parlé de Bruxelles, de l’immigration et de l’opposition.

Après la démission de la ministre de la Famille Katalin Novák en tant que vice-présidente en raison de sa promotion ministérielle en 2020, l’eurodéputée Kinga Gál a été élue pour la remplacer.

Les autres vice-présidents, Lajos Kósa, Gábor Kubatov et Szilárd Németh, ont reçu le vote de confiance pour continuer.

Selon l’eurodéputée Gál, désormais législatrice européenne indépendante depuis que le Fidesz a quitté le Parti populaire européen au début de l’année, l’UE sape la nation, la religion et la famille.

Coup de projecteur sur les partis d’extrême droite au sein du Parlement européen

Que signifie l’adhésion à un groupe ? Quelles seraient les conséquences politiques en cas de création d’un nouveau groupe au sein du Parlement européen ? Telles sont les questions qu’EURACTIV décortique avec finesse dans cette vidéo en anglais.

Subscribe to our newsletters

Subscribe