Volodymyr Zelensky met fin au différend diplomatique avec l’Allemagne

Frank-Walter Steinmeier a exprimé sa « solidarité, son respect et son soutien à la lutte courageuse du peuple ukrainien contre l’agresseur russe ». [ROBERT GHEMENT/EPA]

Après que les autorités ukrainiennes ont déclaré à la mi-avril que le président allemand Frank-Walter Steinmeier n’était pas le bienvenu en Ukraine en raison de ses liens présumés avec la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est réconcilié avec l’intéressé lors d’un appel téléphonique jeudi (5 mai) et l’a invité à Kiev avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

Lors de l’entretien téléphonique, M. Steinmeier a exprimé sa « solidarité, son respect et son soutien à la lutte courageuse du peuple ukrainien contre l’agresseur russe », a déclaré jeudi le porte-parole du président allemand.

Les deux présidents avaient qualifié la conversation de « très importante » et de « très bonne ».

Selon des informations recueillies par l’AFP, M. Zelensky a également invité M. Steinmeier et M. Scholz en Ukraine.

L’annonce faite par Kiev indiquant que M. Steinmeier n’était pas le bienvenu en Ukraine a provoqué des tensions diplomatiques entre l’Allemagne et l’Ukraine, M. Scholz affirmant que cette décision l’empêchait de se rendre sur place.

« Vous ne pouvez pas faire cela », avait alors déclaré M. Scholz en début de semaine, entraînant de vives réactions de la part des responsables ukrainiens.

L’ambassadeur ukrainien, Andriy Melnyk, avait déclaré mardi (3 mai) qu’il n’était pas très digne d’un homme d’État de s’offenser de la sorte.

Le chef de l’opposition et chef du parti conservateur CDU, Friedrich Merz, a déclaré qu’il était responsable de la volte-face diplomatique de M. Zelensky après avoir rencontré le président ukrainien plus tôt cette semaine.

« Je suis très reconnaissant au président Zelensky d’avoir accepté ma demande d’invitation de la part du président fédéral. La voie est libre pour des rencontres personnelles entre le président fédéral et le chancelier fédéral et le président Zelensky à Kiev », a indiqué M. Merz sur son compte Twitter jeudi.

Le bureau du président fédéral a également confirmé que M. Merz avait plaidé en faveur de l’invitation de M. Steinmeier.

M. Scholz s’est jusqu’à présent abstenu de tout commentaire sur son intention de répondre à l’invitation de M. Zelensky. Interrogé jeudi par les journalistes sur son intention de se rendre à Kiev, il s’est contenté d’évoquer le voyage prévu par la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock, qui a déjà annoncé, dimanche (1er mai), son intention de se rendre en Ukraine.

D’autres personnalités politiques allemandes de haut rang ont également annoncé vouloir se rendre dans le pays. Jeudi, la présidente du Bundestag, Bärbel Bas, membre du SPD, le parti de M. Scholz et de M. Steinmeier, a annoncé qu’elle se rendrait à Kiev ce dimanche.

Mme Bas sera la première représentante allemande de haut rang à se rendre en Ukraine depuis le début de la guerre lancée par la Russie le 24 février dernier. Elle a déclaré que sa visite serait un « moyen de briser la glace » pour les futurs voyages des membres du gouvernement allemand.

Mme Bas souhaitait se rendre en Ukraine « pour commémorer toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale avec son homologue ukrainien Ruslan Stefantschuk, sur invitation de ce dernier, ainsi que pour des entretiens politiques », a indiqué une porte-parole du Bundestag à l’agence dpa.

L'Ukraine refuse d'accueillir le président allemand en raison de ses liens avec la Russie

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a été contraint d’annuler son voyage à Kiev, les autorités ukrainiennes ayant déclaré, mardi 12 avril, qu’il n’était pas le bienvenu en raison de ses liens étroits présumés avec le Kremlin.

Subscribe to our newsletters

Subscribe