La société civile se mobilise pour le projet européen

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Les actions nationales pour répondre aux problèmes mondiaux ne semblent pas être l’option favorite des Européens, qui disent préférer qu’une réponse commune soit apportée aux derniers événements géopolitiques. [Symbiot/Shutterstock]

Plusieurs milliers de manifestants pro-européens s’organisent spontanément, sous la bannière du mouvement Pulse of Europe qui s’est lancé à Francfort il y a quelques semaines, pour défendre les valeurs fondamentales de l’Union européenne et appeler les politiciens à proposer des réformes.

Aurélien Condomines est avocat, cofondateur de la société Aramis. Il écrit cette tribune pour la section française de Pulse of Europe. Né à l’automne dernier en l’Allemagne à l’initiative d’un avocat, Daniel Röder, après les chocs à répétition vécus avec le Brexit puis l’élection de Donald Trump, ce mouvement pro-européen, citoyen et non politisé qui vise à faire parler une voix positive pour l’UE. En Allemagne, des milliers de personnes se réunissent chaque dimanche pour faire exister ces idées et positions. La première manifestation française aura lieu à Paris le dimanche 26 février à 15h au 140 rue Rambuteau (entre le Jardin des Halles et l’Eglise Saint Eustache).

On pensait que l’Union européenne était une idée dépassée, ringardisée par le temps, terrassée par les critiques incessantes de politiciens nationaux qui préfèrent rejeter sur Bruxelles leurs propres défaillances. Mais après les foules qui, en Ukraine, ont fait tomber le pouvoir en place en scandant des slogans pro-Union européenne, ce sont maintenant des milliers de citoyens ordinaires qui ont décidé de descendre dans la rue pour montrer leur attachement au projet européen.

Le mouvement Pulse of Europe est né il y a quelques semaines à Francfort et à Freiburg, deux villes allemandes, sous l’impulsion d’une poignée de citoyens ordinaires décidés à se mobiliser autour d’une idée simple : faire descendre dans la rue la majorité silencieuse de ceux qui aiment l’idée d’un rapprochement entre les peuples d’Europe et ne se sentent pas représentés par les discours défaitistes et destructeurs qui polluent actuellement les débats politiques. Pulse of Europe est une simple association de bonnes volontés, regroupant des personnes de tous âges et de toutes origines sociales qui n’ont parfois jamais manifesté de leur vie, sans attaches politiques et sans parti pris autre que la défense de l’Union Européenne et ses valeurs fondamentales.

La radicalisation du débat politique dans les pays européens est une menace réelle. Après le vote du Brexit et l’élection de Donald Trump, il est clair que l’on ne peut pas continuer à compter sur « les autres » pour défendre nos libertés et nos droits. Le 15 mars 2017 des élections auront lieu aux Pays-Bas et le 23 Avril 2017 commence l’élection présidentielle française, qui sera suivie d’élections en Allemagne. Partout, les populistes sont à l’œuvre pour prôner le repli sur soi, jouant sur l’ignorance et la peur.

Dans un tel contexte, les fondateurs et membres de Pulse of Europe veulent contribuer à préserver une Europe unie et démocratique, dans laquelle la liberté, l’Etat de droit, la dignité humaine et les droits fondamentaux sont respectés, pour le bien de tous et la paix sur notre continent. Le tout sans être euro-naïf :  l’Union européenne doit clairement être réformée. Mais dans l’immédiat, il s’agit de clamer haut et fort qu’une grande partie de la population européenne ne souhaite pas un retour en arrière ou la destruction de l’Union européenne.  Cette Union, qui a instauré les conditions de la paix depuis plusieurs décennies, après des siècles de guerre et de destruction, il faut la préserver et l’améliorer, et non la jeter aux orties par défaitisme ou par dépit.

La méthode employée par Pulse of Europe est de donner de la voix, par des rassemblements hebdomadaires dans toutes les villes d’Europe où de bonnes volontés se trouveront pour l’organiser, dans la bonne humeur, pour manifester l’attachement de toute une partie de la population à l’Union Européenne. Ainsi, les très nombreux citoyens qui sont favorables au projet européen trouveront enfin à s’exprimer et interpeller les politiciens de tout bord sur la nécessité de mettre l’Union Européenne au centre de leurs programmes et de proposer enfin les réformes nécessaires pour la faire fonctionner efficacement. Alors que le mouvement bat son plein dans une dizaine de villes en Allemagne, il lance son premier rassemblement à Paris le 26 février. Lyon, Strasbourg et Toulouse s’organisent également et de nombreuses autres villes rejoindront le mouvement. Parce que partout en France, comme ailleurs en Europe, il y a aussi ceux qui veulent construire et envisager positivement l’avenir de l’Union européenne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer