Catherine Ashton en visite à Kiev en pleines manifestations antigouvernementales

Promoted content

60 000 personnes, selon le décompte de la police ukrainienne. Plusieurs milliers de plus, selon des sources officieuses.

Cette vue en contre-plongée de la Place de l’Indépendance à Kiev montre le rassemblement contre le gouvernement le 8 décembre. C’est la plus grande manifestation depuis la Révolution orange, il y a 10 ans.

À l’époque, des manifestations massives avaient contraint le gouvernement à réorganiser des élections présidentielles : les résultats étaient truqués. Aujourd’hui, des milliers d’Ukrainiens battent le pavé dans les rues de Kiev et bravent le froid polaire. Ils réclament la démission du président Ianoukovitch et de son gouvernement.

Les manifestations ont débuté rapidement après la volte-face du président, qui a tourné le dos à l’Union européenne pour se rapprocher de Moscou.

À Bruxelles, les dirigeants européens exhortent les autorités ukrainiennes à ouvrir « le dialogue avec leurs opposants » et à respecter les « libertés civiles ».

« Pas plus tard qu’hier, j’ai eu une conversation téléphonique, à nouveau, avec le président Ianoukovitch. Je lui ai demandé de faire preuve de retenue face aux derniers évènements, de ne pas avoir recours à la force contre des manifestants pacifiques, de pleinement respecter les libertés qui sont si importantes pour nous tous en Europe », déclare le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Catherine Ashton, la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères, est attendue à Kiev mardi et mercredi en vue d’aider l’Ukraine à trouver une « issue » à la crise politique.

Elle rencontrera le gouvernement, l’opposition et la société civile. Mais la Commission s’est refusée de qualifier la Haute représentante de « Médiatrice officielle » de la crise ukrainienne.

« Ce n’est pas notre rôle de donner des conseils précis au sujet des actions à mener sur le terrain. C’est notre rôle de soutenir la liberté du peuple ukrainien qui a exprimé son engouement pour l’Europe, » affirme la porte-parole de la Commission Pia Ahrenkilde Hansen.

And you have seen also in the past days that we have been very clear in the condemnation of any violence in that respect. This is our role in addition to engaging for a closer association if this is the will of the sovereign people of Ukraine.

Et vous avez pu voir également ces derniers jours que nous avons condamné fermement le recours à toute forme de violence à cet égard. En outre, il est de notre devoir d’engager une association plus étroite si telle est la volonté du peuple souverain ukrainien.

Selon l’exécutif européen, il n’est pas encore trop tard pour signer un accord de libre-échange. Mais Kiev doit tout d’abord accepter l’offre, et après se conformer à certaines conditions préalables. La libération de la cheffe de l’opposition, Ioulia Timochenko, prisonnière politique du point de vue de l’Europe, en fait partie.

Le président Ianoukovitch rencontrera également le président russe Vladimir Poutine la semaine prochaine.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER