Fact-check: la Russie a-t-elle utilisé Twitter pour influencer la campagne sur le Brexit ?

Alors que le Brexit suscite de nouveaux rebondissements presque tous les jours, Frédéric Simon d’EURACTIV revient sur certaines allégations récentes concernant l’ingérence de la Russie dans le vote de 2016 pour quitter l’Union européenne.

Fact-check est un programme développé en partenariat avec France 24 dans le cadre de l’émission hebdomadaire Ici l’Europe. Revoyez l’émission complète sur France 24 ici

C’est ce qu’affirment plusieurs études publiées récemment en Angleterre, qui ont mis en évidence la multitude de faux comptes Twitter créés depuis la Russie pour relayer et amplifier les messages de la campagne, qui a vu le camp du Brexit l’emporter au dernier moment.

Ces accusations, très graves, ont valu une mise en garde officielle à la Russie de la part de Théresa May, la première ministre britannique.

Mais il faut néanmoins nuancer ces affirmations. D’abord, la plupart de ces comptes Twitter ont été créés après le référendum. Leur efficacité lors de la campagne reste donc à démontrer.

Ensuite, l’influence des médias sociaux ne doit pas dissimuler le rôle de la presse à scandale – les fameux tabloïds anglais – qui mènent une campagne acharnée contre l’Europe depuis des décennies et dont l’influence est considérable.

Et puis surtout, les médias sociaux ne sont probablement que la partie visible de l’iceberg. Car les soupçons les plus sérieux concernent en fait le financement de la campagne sur le Brexit.

Selon une enquête du site Open Democracy, de mystérieux donateurs Russes auraient en effet financé le UKIP – le principal parti pro-Brexit – lors du référendum.

Des révélations, qui si elles étaient confirmées, pourraient remettre en cause les résultats du référendum.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER