À Doncaster, le Brexit fait toujours illusion

Doncaster, Royaume-Uni [Carla Isabel A Nascimento shutterstock]

La vie a rarement été rose dans cet ancien bassin minier anglais, rongé par la précarité. La ville, qui a massivement voté pour le Brexit en 2016, sera l’une des premières à en souffrir. Un article de notre partenaire, l’Ouest-France

« Le Brexit ? La meilleure chose qui nous soit arrivée. Génial. Excellent. » Difficile de faire plus clair. Nigel Berry est poissonnier au marché couvert de Doncaster depuis l’âge de 16 ans. « L’Union européenne n’a rien de démocratique, clame-t-il. Il est grand temps que nous reprenions le contrôle de notre pays. L’immigration dérègle toute l’économie. Au moins, avec nos élus, si on est mécontent, on peut les virer ! »

70 % des électeurs de Doncaster ont voté pour le Brexit, en juin 2016. L’un des plus forts taux du pays (52 % en moyenne). « Quelques jours avant le scrutin, des militants pro-Brexit m’ont demandé ce que l’Europe avait apporté à Doncaster, se souvient Gwenhaël Le Coënt, chef d’entreprise français installé ici depuis 2011. J’ai répondu : la paix. Trop vieux, m’ont-ils répliqué. » L’Histoire paraît futile quand les fins de mois sont difficiles.

La galère des « Zéro heure »

Le passé, dans cet ancien bassin minier, reste marqué par les années 1970-1980, quand des milliers d’hommes se sont retrouvés au chômage à la fermeture des mines.

>>Lire la suite sur l’Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.