Les compagnies aériennes doivent se préparer au Brexit

La commissaire européenne au transport, Violeta Bulc. [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET] [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

En cas de Brexit sans accord, des milliers d’avions pourraient rester cloués au sol.

La commissaire au transport, Violeta Bulc, a rappelé que les règles européennes étaient très claires. « J’ai personnellement communiqué avec les compagnies aériennes bien à l’avance pour leur conseiller de se préparer au Brexit et à envisager un Brexit dur », a-t-elle annoncé lors d’une conférence de presse aux côtés du ministre turc des Transports et de l’Infrastructure, Mehmet Cahit Turan. « Cela ne devrait donc être une surprise pour personne », a-t-elle ajouté.

Les règles européennes prévoient un seuil d’au moins 51% de propriété européenne pour que les compagnies aériennes conservent leurs licences d’exploitation.

Si le Royaume-Uni ne parvient pas à ratifier l’accord de retrait avant le Brexit, prévu pour le 29 mars, les compagnies aériennes telles qu’Iberia, Vueling, Aer Lingus et tous les membres de IAG n’atteindront pas ce seuil de 51%.

Comme prévu par le plan d’urgence pour le secteur de l’aviation en cas de Brexit sans accord, la Commission a proposé d’autoriser les vols directs entre les territoires britanniques et les aéroports situés sur le territoire de l’UE. De nombreux vols seraient cependant suspendus, notamment dans des pays comme l’Espagne où Iberia et Vueling dominent le marché national.

L’UE envisage de laisser du temps aux compagnies aériennes en cas de Brexit sans accord

L’UE ne clouera pas tout de suite au sol les vols intra-européens opérés par les compagnies aériennes britanniques après le 29 mars si le Royaume-Uni n’a pas ratifié l’accord du Brexit.

La Commission s’est dite prête à envisager de laisser le temps à IAG et à d’autres compagnies aériennes dont Vueling et Ryanair de changer leur structure sociale afin de répondre aux exigences européennes.

« Il y a d’autres pistes pour résoudre ce problème », a ajouté la commissaire. La réunion interinstitutionnelle du Parlement et du Conseil au sujet du plan d’urgence n’ayant pas encore commencé, Violeta Bulc n’a pas souhaité commenter la potentielle demande des autorités espagnoles de disposer de plus de temps pour trouver une solution. Les États membres doivent adopter leur position afin de pouvoir négocier avec les députés européens.

Selon des représentants européens, le trilogue devrait commencer avant le 29 mars, date prévue pour le Brexit, afin de laisser suffisamment de temps aux experts et aux traducteurs de mettre au point la version finale avant que le texte soit adopté lors de la plénière du Conseil et du Parlement.

Le Brexit menace de clouer au sol plusieurs compagnies aériennes

Un Brexit sans accord pourrait clouer au sol les avions d’Aer Lingus, d’Iberia et de Vueling.

Subscribe to our newsletters

Subscribe