Barnier évoque une période de transition jusque 2020 pour le Brexit

Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l'Union européenne. [European Union 2014/EP]

Une période de transition jusqu’à fin 2020 pourrait s’avérer nécessaire pour permettre au Brexit de se faire de manière ordonnée,  selon Michel Barnier.

Le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, Michel Barnier, évoque une possible période de transition jusque fin 2020 pour maintenir en l’état les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, dans un entretien aux Échos publié lundi.

« À ce stade, je n’ai pas de mandat pour négocier sur ce point (une période de transition, NDLR). Mais si nous aboutissons à un accord sur le retrait ordonné du Royaume-Uni, une telle période, à la fois courte et encadrée, est possible », déclare Michel Barnier, qui a accordé une interview à plusieurs journaux européens.

Les négociations du Brexit alarment les agriculteurs britanniques

Les agriculteurs britanniques perdent patience face à la lenteur des négociations du Brexit. Mais ni l’UE ni Londres n’écartent aujourd’hui un scénario sans accord.

« Il serait logique qu’elle couvre la période financière en cours, donc jusqu’à 2020. Elle nous laisserait un peu plus de temps pour préparer la relation future », ajoute-t-il, selon des propos publiés sur le site internet du journal Les Échos.

Lors de son discours de Florence (Italie), le 22 septembre, la Première ministre britannique Theresa May avait proposé une période de transition de deux ans après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Pendant cette période, les relations resteraient en l’état, alors que le Royaume-Uni doit quitter l’UE le 29 mars 2019.

Brexit : Theresa May demande à l'UE un accord qu'elle pourra « défendre »

La Première ministre britannique a appelé jeudi les 27 autres dirigeants européens à s’entendre sur un accord de retrait de l’UE qu’elle pourra « défendre » devant ses concitoyens. Un article de notre partenaire Ouest-France.

« Une telle période ne serait possible qu’à condition d’être encadrée par le maintien de la totalité de l’architecture de réglementation et de supervision européenne, ordre juridictionnel y compris. Ce serait le maintien du statu quo économique et de l’ensemble des obligations du Royaume-Uni », insiste par ailleurs Michel Barnier.

Lors d’un sommet à Bruxelles en fin de semaine dernière, les dirigeants de l’UE se sont entendus pour commencer à préparer entre eux les négociations sur la future relation avec Londres. Ils ont toutefois souligné l’absence de « progrès suffisants » dans les discussions sur le divorce.