Boris Johnson propose un système d’immigration à points pour l’après-Brexit

Boris Johnson table sur un programme anti-migrants.

Le favori pour succéder à la Première ministre Theresa May a proposé un nouveau système à points pour « contrôler » l’immigration, thème au cœur du vote des Britanniques en faveur du Brexit en 2016.

Johnson est engagé dans une lutte avec le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt pour devenir chef du Parti conservateur, à qui reviendra le poste de Premier ministre mais aussi l’épineux dossier du Brexit, programmé pour le 31 octobre.

S’il l’emporte, Boris Johnson entend mettre en place un nouveau système d’immigration à points, une proposition qu’il avait déjà évoquée par le passé, mais sur laquelle Theresa May avait exprimé des doutes.

Theresa May annonce sa démission pour le 7 juin

Usée par l’interminable casse-tête du Brexit qu’elle n’a pas su mettre en œuvre, a annoncé vendredi sa démission, au bord des larmes, laissant à celui ou celle qui lui succèdera un pays paralysé par les divisions.

Mme May a précisé qu’elle …

« Nous devons être beaucoup plus ouverts à l’immigration de personnes hautement qualifiées, comme les scientifiques, mais nous devons également assurer au public que, lorsque nous quittons l’UE, nous contrôlons le nombre d’immigrants non qualifiés qui arrivent dans le pays », déclare l’ancien maire de Londres, tenant d’un Brexit dur, dans un communiqué.

« Nous devons être plus sévères envers ceux qui abusent de notre hospitalité », insiste-t-il. « D’autres pays comme l’Australie ont d’excellents systèmes et nous devrions en tirer des leçons ».

Boris Johnson promet également de protéger les droits des quelque 3,8 millions de citoyens européens installés au Royaume-Uni à pouvoir continuer à vivre dans le pays, même en cas de Brexit sans accord le 31 octobre, comme Theresa May elle-même l’a garanti.

Boris Johnson poursuivi pour ses mensonges sur le Brexit

Boris Johnson, qui a de grandes chances de devenir le prochain Premier ministre britannique, est appelé à comparaitre devant la justice pour ses mensonges liés au Brexit.

« Nous devons veiller à ce que les droits des ressortissants de l’UE soient protégés », déclare M. Johnson, ajoutant qu’il agirait « immédiatement » pour que « les gens arrêtent de s’inquiéter » quant à leur présence sur le sol britannique.

Réagissant à ces annonces, Migration Watch, un groupe de pression militant pour un contrôle renforcé de l’immigration, a exprimé sa déception.

« Cette déclaration esquive toutes les questions clés. Il n’est nullement question de réduire le solde migratoire, et encore moins de la manière dont on pourrait y parvenir », dit-il dans un communiqué.

Boris Johnson et Jeremy Hunt seront départagés par les 160 000 membres du Parti conservateur. Le nom du gagnant sera annoncé le 23 juillet, et il devrait prendre ses fonctions le lendemain.

Incapable de mettre en œuvre le Brexit, Theresa May avait annoncé fin mai sa démission.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.