Brexit : le Royaume-Uni risque de manquer de nourriture en raison du manque de transporteurs

Les rayons des supermarchés risquent de demeurer vides en Grande-Bretagne car plus de 100 000 conducteurs de poids lourds manquent à l’appel. [EPA-EFE/FACUNDO ARRIZABALAGA]

La perte de 100 000 transporteurs routiers due à la pandémie de Covid-19 et au Brexit menace de faire resurgir la crise des chaînes d’approvisionnement. Un article d’Euractiv Italie.

Les effets du Brexit continuent de se faire sentir en Grande-Bretagne après son départ de l’Union européenne. Les rayons des supermarchés risquent de demeurer vides. Cette fois, parce que plus de 100 000 conducteurs de poids lourds manquent à l’appel.

Le scénario pourrait être le même que celui qui s’est déjà produit au début de l’année, juste après l’adieu à l’Union. Comme le souligne le quotidien britannique The Guardian, cette situation pourrait avoir de sérieuses répercussions sur les cantines scolaires.

Le 23 juin, l’Association britannique du transport routier (Road Haulage Association) ainsi que d’autres représentants des transporteurs routiers et de l’industrie alimentaire, ont envoyé une lettre au Premier ministre Boris Johnson, lui demandant d’intervenir pour ouvrir le pays à la main-d’œuvre européenne en instaurant des visas temporaires pour les conducteurs de véhicules lourds.

Le texte prévient que sans l’aide du gouvernement, les chaînes d’approvisionnement essentielles de Grande-Bretagne risquent de « sombrer à des niveaux sans précédent et inimaginables ». « Les supermarchés signalent déjà qu’ils ne reçoivent pas les stocks alimentaires attendus », prévient le directeur général Richard Burnett.

La lettre a été signée par des géants de la logistique tels que Eddie Stobart, Wincanton, Xpo Logistics et Kuehne+Nagel, mais aussi par des représentants du secteur alimentaire, notamment la Food and Drink federation, la British frozen food federation, la Cold chain federation, la British Beer and Pub association et la British meat producers association (qui rassemble des producteurs de viande).

Le commerce UE-GB a chuté de 25 % à la suite du Brexit, selon de nouvelles données

Le commerce entre le Royaume-Uni et l’UE a reculé de presque 25 % au cours des trois premiers mois faisant suite à la sortie britannique du marché unique, selon des données de l’ONS publiées mardi (25 mai).

Ce qui inquiète les signataires de la lettre, c’est l’approche des vacances d’été, la difficulté constante à relancer l’économie après la stagnation provoquée par le Brexit, et les pics de demande de nourriture et de boissons dus aux fortes chaleurs et aux grands événements sportifs. En outre, la lettre avertit également que l’organisation de la période de Noël est à risque car elle commence entre août et septembre pour le secteur.

Le gouvernement Johnson, par l’intermédiaire d’un porte-parole, a fait savoir qu’il avait rencontré les représentants du secteur pour discuter de la pénurie de chauffeurs routiers et des solutions possibles pour recruter de la main-d’œuvre. « La plupart des solutions viendront de l’industrie elle-même. De ce point de vue, des progrès ont déjà été réalisés dans des domaines clés tels que les tests et le recrutement, et l’accent est mis sur l’amélioration des salaires et des conditions de travail », a déclaré le porte-parole.

La ligne de Londres consiste toujours à donner la priorité à la main d’œuvre locale. « Notre nouveau système d’immigration à points », affirme le gouvernement britannique, « indique clairement que les employeurs devraient se concentrer sur l’investissement dans notre main-d’œuvre nationale, en particulier ceux qui doivent trouver un nouvel emploi, plutôt que de compter sur la main-d’œuvre étrangère ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe