Brexit : levée de boucliers de l’UE après l’extension des délais de contrôles à la frontière nord-irlandaise

Le ministre irlandais des affaires étrangères, Simon Coveney, a qualifié cette mesure de "profondément inutile" et de violation du protocole. [Aidan Crawley/EPA/EFE]

L’Union européenne a accusé le gouvernement britannique d’enfreindre le droit international après qu’il a décidé de prolonger unilatéralement les délais de grâce pour les contrôles à la frontière de la mer d’Irlande.

Mercredi 3 mars, le gouvernement de Boris Johnson a déclaré que « le régime actuel de circulation temporaire de produits agroalimentaires vers l’Irlande du Nord sera maintenu jusqu’au 1er octobre » afin de permettre la poursuite des livraisons aux « supermarchés et à leurs fournisseurs, dans le cadre du plan opérationnel que le Royaume-Uni s’est engagé à respecter lors de la réunion du comité mixte Royaume-Uni-UE du 24 février ».

« Les exigences de certification seront ensuite introduites par étapes, parallèlement au déploiement du programme d’assistance numérique », a-t-il ajouté.

Cette décision fait suite aux plaintes des entreprises de la province concernant les perspectives de nouvelles exigences bureaucratiques onéreuses pour le commerce avec le reste du Royaume-Uni. Le protocole relatif à l’Irlande du Nord maintient la province dans le marché unique européen des marchandises, en établissant une frontière commerciale avec la Grande-Bretagne.

Maroš Šefčovič, le vice-président de la Commission européenne chargé des relations UE-Royaume-Uni après Brexit, a déclaré que cette décision constituait « une violation des dispositions de fond pertinentes » de l’accord de Brexit sur l’Irlande du Nord.

Le gouvernement britannique a réfuté ces affirmations. Lors d’un appel téléphonique plus tard dans la soirée de mercredi, le ministre britannique des relations UE-Royaume-Uni, David Frost, a déclaré à M. Šefčovič que « de telles mesures opérationnelles étaient bien précédées dans d’autres accords commerciaux internationaux, et qu’elles étaient tout à fait compatibles avec notre intention de nous acquitter de bonne foi de nos obligations au titre du protocole ».

Frost, qui a pris ses fonctions ministérielles au début de cette semaine après avoir été le négociateur en chef du Royaume-Uni pour l’accord de commerce et de coopération avec l’UE, a également informé M.. Šefčovič que « des progrès doivent encore être réalisés de toute urgence pour remédier à l’impact direct et souvent disproportionné que certains aspects du protocole ont sur les citoyens d’Irlande du Nord, contrairement à l’objectif visé ».

Le gouvernement britannique a décrit ses mesures comme une « servitude opérationnelle », plutôt qu’une prolongation formelle de la période de grâce.

La mesure prise par Londres a été saluée par les partis unionistes d’Irlande du Nord, qui s’opposent depuis longtemps au protocole et font campagne pour son abolition. Toutefois, Simon Hoare, président de la commission des affaires d’Irlande du Nord du Parlement britannique et membre du parti au pouvoir, a tweeté que si l’argument en faveur de la prolongation des délais de grâce était « convaincant », la décision unilatérale du gouvernement était une « approche qui risquait fort d’avoir des conséquences négatives/peu utiles ».

Brexit: Le parti unioniste DUP lance une action en justice contre le protocole nord-irlandais

Le parti unioniste nord-irlandais DUP a annoncé dimanche lancer une action en justice contre le protocole négocié entre Londres et Bruxelles dans le cadre du Brexit qui a perturbé les échanges commerciaux et menace selon les unionistes l’unité du royaume.

Le ministre irlandais des affaires étrangères, Simon Coveney, a qualifié cette mesure de « profondément inutile » et de violation du protocole.

Cette dispute est la dernière d’une série de litiges concernant l’impact de Brexit sur l’Irlande du Nord et, plus particulièrement, le traitement des marchandises transportées vers et depuis la Grande-Bretagne.

L’automne dernier, le gouvernement britannique a menacé de donner à ses ministres le pouvoir de passer outre unilatéralement le protocole dans le cadre de sa propre législation sur le marché intérieur, ce qui a incité la Commission européenne à menacer d’engager des poursuites judiciaires.

Entre-temps, la décision de courte durée de la Commission européenne d’imposer des contrôles aux frontières sur les livraisons de vaccins COVID-19 a ravivé les demandes des législateurs conservateurs d’abandonner le protocole ou d’obtenir de nouvelles concessions.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer