Brexit : Londres abandonne son projet de loi visant à déroger au protocole sur l’Irlande du Nord

Le protocole nord-irlandais a introduit des contrôles douaniers sur les marchandises exportées de Grande-Bretagne vers l’île d’Irlande afin de garantir qu’il n’y ait pas de frontière dure au sein de l’Irlande. [Mark_Taylor66 / Pixabay]

Le gouvernement britannique semble avoir abandonné son projet d’introduire un projet de loi qui annulerait le protocole controversé sur l’Irlande du Nord.

Des représentants du gouvernement ont confirmé jeudi 5 mai que le discours de la Reine du mardi 10 mai prochain, qui présente les projets législatifs du gouvernement pour l’année à venir, ne comprendra pas de loi visant à supprimer le protocole sur l’Irlande du Nord, malgré des semaines de spéculation quant à l’intention du gouvernement de Boris Johnson de le faire.

Le discours de la Reine, qui ouvre chaque nouvelle session parlementaire britannique, devrait comporter des engagements en faveur du respect de l’accord du Vendredi saint, qui a été à la base du processus de paix au cours des vingt-quatre dernières années.

Bien que la législation relative au protocole ne soit pas incluse, le gouvernement n’a pas exclu de présenter un projet de loi à l’avenir.

Le protocole nord-irlandais a introduit des contrôles douaniers sur les marchandises exportées de Grande-Bretagne vers l’île d’Irlande afin de garantir qu’il n’y ait pas de frontière dure au sein de l’Irlande.

Le gouvernement de M. Johnson l’a négocié et accepté dans le cadre de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Néanmoins, le gouvernement a depuis déclaré que cela perturbait le commerce et risquait de compromettre la place de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

Les responsables britanniques et européens ont engagé des discussions visant à améliorer le fonctionnement du protocole, mais peu de progrès ont été réalisés et ces négociations sont en suspens dans l’attente de la mise en place d’un nouvel exécutif nord-irlandais à la suite des élections législatives de jeudi.

Les électeurs d’Irlande du Nord se sont rendus aux urnes jeudi (5 mai) pour élire les membres de l’assemblée d’Irlande du Nord. Les sondages suggèrent que le Sinn Fein, qui soutient une Irlande unie, sera le parti le plus important lors de la proclamation des résultats dimanche.

Au cours des derniers mois, M. Johnson ainsi que d’autres ministres, dont le ministre des Opportunités du Brexit, Jacob Rees Mogg, ont menacé à plusieurs reprises de supprimer unilatéralement le protocole, ce qui, selon la Commission européenne, constituerait une violation du droit international et mettrait en péril l’accord de commerce et de coopération post-Brexit entré en vigueur en janvier 2021.

Bien que les principaux partis unionistes, qui soutiennent le maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, s’opposent farouchement au protocole, le chef du parti unioniste démocratique, Jeffrey Donaldson, insistant pour qu’il soit aboli, les sondages suggèrent que la population nord-irlandaise est plus favorable à son égard. Deux tiers d’entre eux sont d’accord pour la mise en place d’un arrangement spécial visant à gérer les effets du Brexit.

Selon une étude publiée jeudi par le think tank universitaire UK in a Changing Europe, 52 % des personnes interrogées en Irlande du Nord estiment que le protocole est « une bonne chose ». En comparaison, 51 % pensent qu’il a un impact positif sur l’économie nord-irlandaise. Toutefois, des majorités similaires de 57 % et 51 % ont déclaré qu’elles considéraient que le protocole nuisait au statut de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni et au marché intérieur du Royaume-Uni.

Irlande du Nord : le parti unioniste Sinn Fein en tête des sondages des élections législatives

Le parti Sinn Fein, partisan d’une Irlande réunifiée, devrait arriver en tête des sondages lors des élections de jeudi prochain (5 mai) à l’Assemblée d’Irlande du Nord, ce qui lui permettrait d’accéder pour la première fois au poste de Premier ministre au sein du gouvernement dévolu.

Subscribe to our newsletters

Subscribe