Keir Starmer part favori dans la course à la succession de Jeremy Corbyn

Keir Starmer. [EPA-EFE/ANDY RAIN]

Keir Starmer, le porte-parole du Labour pour le Brexit, est le mieux placé pour prendre la direction du parti après avoir obtenu 89 nominations, soit plus du double de ses adversaires.

Outre Keir Starmer, quatre candidates – Rebecca Long-Bailey, Jess Phillips, Lisa Nandy et Emily Thornberry – ont également obtenu les 22 nominations de députés du parti et d’eurodéputés nécessaires au dépôt de leur candidature avant la date limite du 13 janvier.

La campagne pour succéder à Jeremy Corbyn, qui a fait part de son intention de remettre son mandat à la tête du parti après la lourde défaite électorale de décembre face aux conservateurs de Boris Johnson, va se poursuivre par un vote des quelque 500 000 membres du parti, des syndicats et des sociétés affiliés au Labour.

La victoire sans appel de Boris Johnson met Londres sur les rails du Brexit

Le Royaume-Uni quittera le navire européen d’ici à la fin du mois de janvier après que le parti Conservateur a remporté le scrutin décisif des élections générales britanniques ce 12 décembre.

Keir Starmer peut également se prévaloir d’avoir obtenu le soutien du plus grand syndicat du  Royaume-Uni, Unison, qui compte 1,3 million de membres.

Rebecca Long-Bailey, la porte-parole du parti chargée des entreprises, peut cependant compter sur le soutien des partisans de Jeremy Corbyn et notamment sur celui de « Momentum », un groupe de campagne pro-Corbyn. Le syndicat Unite, dont le chef, Len McLuskey, a été l’un des plus proches alliés de Jeremy Corbyn et qui est le principal bailleur de fonds du parti, doit faire connaître sa position plus tard ce mois-ci.

La défaite essuyée par le Parti travailliste en décembre a constitué sa pire performance aux élections législatives depuis 1935. Elle a été largement attribuée au leadership et à l’impopularité de Jeremy Corbyn, ainsi qu’à sa politique confuse sur le Brexit.

Pendant la campagne électorale, Jeremy Corbyn a déclaré que, s’il était élu, il négocierait un nouvel accord sur le Brexit qui ferait ensuite l’objet d’un référendum, tout en insistant sur le fait qu’il resterait neutre sur la question.

Sur les cinq candidats, seule Jess Phillips a ouvertement déclaré que le parti pourrait faire campagne pour que le Royaume-Uni rejoigne l’UE. Selon elle, le Royaume-Uni est « mieux loti » en tant que membre de l’Union et elle a assuré qu’elle ne changerait pas d’avis sur cette question.

Après avoir fait partie des plus fervents partisans d’un deuxième référendum sur l’adhésion du Royaume-Uni à l’UE, Keir Starmer et Emily Thornberry considèrent que la victoire électorale de Boris Johnson a réglé la question. Désormais, le Labour devrait avant tout s’occuper de demander des comptes au Premier ministre au cours des négociations sur les relations commerciales et politiques que le pays entretiendra à l’avenir avec l’UE, estiment-ils.

Brexit : la saison 2 du divorce va enfin pouvoir débuter

Le 9 janvier 2020,  le Parlement britannique a voté l’accord de divorce conclu avec Bruxelles cet automne. Une étape cruciale pour sortir de l’UE le 31 janvier. Et après ? Tout restera à faire pour négocier nos futures relations. Un article de notre partenaire Ouest-France. 

Celui qui succédera à Jeremy Corbyn devra faire face à une tâche redoutable. Il devra s’efforcer de récupérer les sièges des Midlands et du nord de l’Angleterre, tombés dans l’escarcelle du parti conservateur pour la première fois depuis des générations, et affronter un gouvernement Johnson fort d’une majorité de 80 sièges, qui devrait rester en place pour la totalité de son mandat de cinq ans.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.