Conflit sur la pêche : la France pourrait couper l’électricité de l’île de Jersey

La ministre française de la Mer Annick Girardin rencontre la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) à Arcachon près de Bordeaux, le 17 juillet 2020. [EPA-EFE/CAROLINE BLUMBERG]

L’île anglo-normande de Jersey est devenue le centre improbable d’un conflit plus large sur l’accès aux eaux de pêche entre le Royaume-Uni et la France, le gouvernement français ayant menacé mardi (4 mai) d’interrompre l’approvisionnement en électricité de l’île.

Paradis fiscal dont l’économie est basée sur les services financiers off-shore, Jersey est une dépendance de la Couronne britannique mais ne fait pas partie du Royaume-Uni. Son gouvernement autonome a accordé la semaine dernière 41 permis à des navires de pêche français. Toutefois, le gouvernement français s’est plaint du fait que les permis comportent des conditions relatives aux endroits où les navires peuvent aller et à la durée de leur séjour en mer.

Le gouvernement britannique affirme que l’accès aux eaux de pêche de Jersey relève de la compétence de son gouvernement. La ministre de la Mer Annick Girardin a déclaré que ces demandes étaient inacceptables et que la France « prendrait des mesures de rétorsion s’il le fallait ».

À la question de savoir si ces mesures pourraient inclure l’arrêt de l’approvisionnement par les trois câbles sous-marins qui fournissent 95 % de l’électricité de Jersey, Mme Girardin a répondu que « je le regretterais si nous devions en arriver là », mais que « nous le ferons si nous le devons ».

Le Royaume-Uni et la France s’affrontent sur l’accès aux eaux de pêche depuis plusieurs mois, le ministre français de l’Europe Clément Beaune accusant le Royaume-Uni de bloquer l’accès aux navires français et soutenant que l’UE pourrait répondre en refusant au Royaume-Uni l’accès aux marchés des services financiers du bloc.

Les ministres de l'UE s'accordent sur le fonds de 5 milliards d'euros destiné à couvrir les coûts du Brexit

Jeudi 29 avril, les ministres de l’UE ont arrêté leur position sur une réserve d’ajustement au Brexit d’une durée de quatre ans, destinée à aider les entreprises à couvrir les pertes et les coûts supplémentaires imposés par le nouvel accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer