Dernière ligne droite pour la ratification européenne de l’accord sur le Brexit

[EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

Les présidents de la Commission européenne et du Conseil ont signé ce 24 janvier l’accord sur le Brexit approuvé par le Royaume-Uni pour permettre sa ratification par le Parlement européen, a annoncé Ursula von der Leyen.

« Nous avons, avec Charles Michel, signé l’accord pour la sortie du Royaume-Uni, ouvrant la voie à sa ratification par le Parlement européen », a annoncé la présidente de la Commission européenne dans un message sur son compte tweeter.

Avec l’aval formel d’Ursula von der Leyen et de Charles Michel, le texte va maintenant être soumis au Parlement européen le 29 janvier pour ratification. Puis, jeudi prochain, les diplomates des États membres de l’UE approuveront par écrit l’accord, assurant ainsi le départ en bon ordre de la Grande-Bretagne le 31 janvier à minuit.

« Les choses vont inévitablement changer, mais notre amitié restera. Nous entamons un nouveau chapitre en tant que partenaires et alliés », a souligné le président du Conseil dans un tweet sur son compte officiel. Et il a ajouté, en français: « Je tiens à écrire cette nouvelle page ensemble. »

Brexit : la saison 2 du divorce va enfin pouvoir débuter

Le 9 janvier 2020,  le Parlement britannique a voté l’accord de divorce conclu avec Bruxelles cet automne. Une étape cruciale pour sortir de l’UE le 31 janvier. Et après ? Tout restera à faire pour négocier nos futures relations. Un article de notre partenaire Ouest-France. 

Le négociateur de l’UE, le Français Michel Barnier, a assisté à cette signature organisée tôt au siège de la Commission européenne à Bruxelles car le président du Conseil européen se rend ensuite à Tirana.

L’accord doit être envoyé à Londres pour être paraphé par le Premier ministre, Boris Johnson.
Elizabeth II a donné jeudi son consentement royal au texte réglant les modalités de la rupture après 47 ans d’un mariage tumultueux avec l’Union européenne. Le texte avait été adopté définitivement mercredi soir par le Parlement britannique.

Le Parlement européen sera la dernière instance à se prononcer. Les élus membres de la commission des Affaires constitutionnelles ont recommandé jeudi soir à une très large majorité de 23 voix contre 3 de l’approuver lors du vote en plénière le 29 janvier.

Le travailliste britanniques Richard Corbett, un des trois élus européens ayant voté contre la recommandation en faveur du vote de l’accord par le Parlement européen, a dénoncé un « Brexit qui n’est plus depuis longtemps la volonté du peuple britannique ». Il a assuré qu’il voterait à nouveau contre lors du vote le 29 janvier.

Le départ officiel s’accompagne d’une période de transition jusqu’à la fin de l’année 2020. Le Royaume-Uni continuera d’appliquer les règles de l’UE durant cette période, sans toutefois prendre part aux décisions communautaires.

Il s’agit de permettre une sortie en douceur. Ce laps de temps doit aussi permettre aux deux parties de négocier leur future relation, en particulier un accord de commerce. Mais il est jugé particulièrement court pour une telle négociation.

Brexit : à la recherche d’un impossible accord commercial

Le Royaume-Uni sortira de l’UE le 31 janvier et une période de transition s’ouvrira ensuite jusqu’au 31 décembre afin de négocier de nouvelles règles commerciales. Mais le délai sera-t-il tenu ? Un article de notre partenaire La Tribune.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER