Donald Tusk précise le calendrier du Brexit

deuxième mandat.

Le Conseil européen organise une session extraordinaire sans le Royaume-Uni le 29 avril prochain pour adopter les lignes directrices des négociations de la sortie du pays de l’UE, a informé Donald Tusk. Un article de notre partenaire Euroefe.

« Je convoquerai un Conseil européen le samedi 29 avril pour adopter les directives de négociations du Brexit », a indiqué Donald Tusk le président du Conseil, lors d’une conférence de presse aux côtés du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

À cet égard, les 27 chefs d’État de l’UE se réuniront pour approuver les bases de la négociation du Brexit, un mois après l’activation officiel de l’article 50 du traité de Lisbonne, que la Première ministre britannique, Theresa May, a indiqué invoquer le 29 mars prochain.

Theresa May déclenchera le Brexit le 29 mars

La Première ministre britannique déclenchera officiellement l’article 50 le 29 mars,  selon des sources européennes. L’information a été confirmée par le porte-parole de la Première ministre.

« Personnellement, j’aurais préféré que le Royaume-Uni n’ait pas choisi de sortir de l’UE », a déclaré Donald Tusk. « Notre priorité pour les négociations est de créer toute la certitude et clarté possible pour tous les citoyens, entreprises et États membres qui se voient affectés négativement par le Brexit, tout comme nos partenaires et amis importants dans le monde entier comme le Japon », a-t-il poursuivi.

La Commission européenne a assuré que « tout était prêt » pour invoquer l’article 50, qui active la sortie d’un État membre de l’UE, un processus qui durera jusqu’à deux ans mais qui peut être étendu à l’unanimité des pays.

Après l’adoption des directives de négociations de la part des dirigeants, la Commission devra soumettre une recommandation pour ouvrir les négociations que devra adopter le Conseil.

C’est ensuite Michel Barnier, ex-commissaire et ex-ministre français qui sera chargé de gérer les négociations de sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Le chaos d'un Frexit jugé pire que la chute de Lehman Brothers

La déroute des partis traditionnels favorise le débat autour du Frexit. L’hypothèse alarme les économistes qui craignent un « arrêt cardiaque » de la finance mondiale et une ardoise élevée pour les plus pauvres.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER