Pêche post-Brexit : l’UE et le Royaume-Uni ont trouvé un accord

Suite à d'âpres négociations, l’accord de partenariat économique et commercial conclu fin décembre entre l’UE et le Royaume-Uni stipule de laisser aux pêcheurs européens un accès aux eaux britanniques pendant une période transitoire, jusqu’en 2026. [EPA-EFE/VICKIE FLORES]

L’UE et le Royaume-Uni ont conclu mercredi (2 juin) un accord fixant les limites de capture des stocks de poissons gérés conjointement pour 2021, le premier accord annuel dans le cadre du nouveau pacte commercial entre Londres et Bruxelles.

« Cet accord assure la prévisibilité et la continuité pour nos flottes avec des totaux admissibles de captures définitifs pour le reste de l’année », a déclaré le commissaire à la pêche, Virginijus Sinkevičius, dans un communiqué.

« C’est une bonne chose pour les pêcheurs et les pêcheuses nos communautés côtières et nos ports, ainsi que pour l’utilisation durable de nos ressources marines. Cela prouve également que deux partenaires des deux côtés de la Manche peuvent trouver des accords et aller de l’avant s’ils travaillent ensemble. »

L’accord établit le total admissible des captures (TAC) pour 75 stocks de poissons partagés pour 2021, ainsi que pour certains stocks d’eau profonde pour 2021 et 2022. Il clarifie également les limites d’accès pour les espèces hors quotas, a ajouté la Commission européenne dans un communiqué.

En vertu du nouvel accord de commerce et de coopération, 25 % de l’ancien quota de l’UE dans les eaux britanniques seront transférés au Royaume-Uni d’ici à juin 2026, des pourcentages spécifiques de TAC annuels étant convenus pour chaque stock de pêche. L’accès mutuel aux eaux de l’autre partie est désormais accordé via un système de licence pour les navires de pêche.

L’accès aux eaux de pêche a provoqué plusieurs conflits au cours des cinq mois qui ont suivi la sortie du Royaume-Uni du marché unique et de l’union douanière de l’Union européenne, au début de l’année.

Au début du mois, une nouvelle dispute a éclaté entre le Royaume-Uni et la France au sujet de l’accès des bateaux de pêche français aux eaux de l’île anglo-normande de Jersey, les navires français se plaignant que les licences qui leur ont été délivrées comportaient des conditions qui n’étaient pas incluses dans l’accord commercial.

Le conflit n’est toujours pas résolu. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré dans une lettre aux chefs de pêche régionaux que « nous ne pouvons accepter ces nouvelles manœuvres et nous continuerons à défendre les droits de nos pêcheurs ».

M. Le Drian a ajouté que son gouvernement n’hésiterait pas à « mobiliser tous les leviers » sur le plan « politique et juridique et toutes les mesures coercitives à notre disposition ».

Pêche post-Brexit : Londres s’indigne des menaces françaises contre Jersey

Le gouvernement britannique et les autorités de Jersey ont dénoncé mercredi (5 mai) la menace implicite de Paris de couper le courant sur l’île anglo-normande en raison des conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit.

Subscribe to our newsletters

Subscribe