Les ministres de l’UE s’accordent sur le fonds de 5 milliards d’euros destiné à couvrir les coûts du Brexit

Le Royaume-Uni, premier partenaire commercial de l'Irlande pour les produits alimentaires, sera le principal bénéficiaire, recevant plus d'un milliard d'euros du fonds, suivi par les Pays-Bas qui devraient recevoir 757 millions d'euros, l'Allemagne 455 millions d'euros et la France 420 millions d'euros.

Jeudi 29 avril, les ministres de l’UE ont arrêté leur position sur une réserve d’ajustement au Brexit d’une durée de quatre ans, destinée à aider les entreprises à couvrir les pertes et les coûts supplémentaires imposés par le nouvel accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni.

Le fonds de 5 milliards d’euros, qui a été convenu dans le cadre du budget septennal de l’UE, couvre la période allant du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2023.

Selon la position adoptée par les gouvernements nationaux, les 5 milliards d’euros seront provisoirement alloués d’emblée, la part de chaque État membre étant déterminée en fonction de facteurs tels que la valeur du poisson pêché dans la zone économique exclusive du Royaume-Uni, l’importance du commerce avec la Grande-Bretagne et la population des régions maritimes limitrophes du Royaume-Uni.

La liste des programmes éligibles pour lesquels les États membres peuvent dépenser l’argent comprend l’assistance aux entreprises et aux communautés de pêcheurs, les programmes de travail à court terme et les programmes de recyclage, les contrôles frontaliers, douaniers, sanitaires et phytosanitaires, la collecte de la fiscalité indirecte et la réintégration des ressortissants de l’UE qui ont quitté le Royaume-Uni en raison du retrait du pays de l’Union européenne.

Le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l’UE pour six mois, a déclaré que « la réserve vise à aider tous les États membres à lutter contre les conséquences négatives de la sortie du Royaume-Uni ».

Le secteur européen de la pêche devrait être durement touché par le nouvel accord commercial post-Brexit, l’accord de commerce et de coopération entre l’UE et le Royaume-Uni. Dans le cadre du compromis trouvé par les deux parties, l’UE a accepté de renoncer à 25 % de la valeur des quotas de poissons capturés par les bateaux de l’UE dans les eaux britanniques sur une période d’ajustement de cinq ans et demi.

Le ministre français de l’Europe, Clément Beaune, a accusé le Royaume-Uni de bloquer les droits de pêche de la communauté des pêcheurs de son pays, et a prévenu que l’Union européenne devrait être prête à répondre par des mesures de rétorsion restreignant l’accès du Royaume-Uni aux marchés européens des services financiers si le différend persiste.

Quelles répartitions pour la Réserve d'ajustement au Brexit ?

La Commission du développement régional discutait mardi (16 mars) des modalités de la Réserve d’ajustement au Brexit. Dotée de 5,3 milliards d’euros, celle-ci doit venir en aide aux régions et aux secteurs d’activité les plus touchés par le départ du Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni, premier partenaire commercial de l’Irlande pour les produits alimentaires, sera le principal bénéficiaire, recevant plus d’un milliard d’euros du fonds, suivi par les Pays-Bas qui devraient recevoir 757 millions d’euros, l’Allemagne 455 millions d’euros et la France 420 millions d’euros.

De son côté, le gouvernement britannique a également mis en place un certain nombre de programmes de soutien pour ses entreprises affectées par les nouveaux contrôles douaniers sur les produits en croissance vers l’UE.

Mardi (27 avril), les députés européens ont ratifié l’accord commercial qui régit désormais les relations économiques entre le Royaume-Uni et l’UE et qui prévoit le libre-échange des marchandises en franchise de droits et de contingents. Cependant, l’accord de commerce et de coopération a déjà un impact négatif sur les flux commerciaux entre l’UE et le Royaume-Uni.

En début de semaine, la Fédération britannique de l’alimentation et des boissons a fait état d’une baisse des ventes vers l’UE de 40,9 % par rapport à février 2020.

« Si les exportations britanniques de produits alimentaires et de boissons vers l’UE se sont améliorées par rapport à la chute de 76 % enregistrée en janvier, elles sont encore en baisse de près de 41 % en février 2021″, a déclaré Dominic Goudie, responsable du commerce international à la FDF.

« Les exportations vers notre plus grand marché, l’Irlande, ont également chuté de plus de deux tiers », a-t-il ajouté.

Les législateurs espèrent maintenant finaliser l’accord avec le Parlement européen sur le fonds avant les vacances d’été, afin que les premiers versements en espèces puissent être versés avant la fin de l’année.

Approbation de l'accord commercial UE-GB : une situation "perdant-perdant" selon les eurodéputés

Les marques laissées par le Brexit étaient manifestes mardi (27 avril) tandis que les législateurs européens ont approuvé officiellement l’accord commercial et de coopération UE-Royaume-Uni.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer