Le commerce UE-GB a chuté de 25 % à la suite du Brexit, selon de nouvelles données

L’accord de commerce et de coopération UE-GB, entré en vigueur le 1er janvier 2021, établit un principe d’absence de droits de douane et de toute limitation quantitative des flux de marchandises de part et d’autre de la Manche. [EPA-EFE/ANDY RAIN]

Le commerce entre le Royaume-Uni et l’UE a reculé de presque 25 % au cours des trois premiers mois faisant suite à la sortie britannique du marché unique, selon des données publiées mardi (25 mai) par l’Institut national de statistique du Royaume-Uni (ONS).

L’accord de commerce et de coopération UE-GB, entré en vigueur le 1er janvier 2021, établit un principe d’absence de droits de douane et de toute limitation quantitative des flux de marchandises de part et d’autre de la Manche.

Toutefois, les entreprises doivent désormais se plier à des contrôles douaniers imposés par Bruxelles sur les exportations britanniques à partir du 1er janvier, tandis que Londres a repoussé à 2022 le contrôle sur les produits en provenance de l’UE.

Les baisses commerciales enregistrées étaient les plus significatives en Irlande et Allemagne. En effet, les exportations ont chuté de 47,3 % de décembre 2020 à janvier 2021 en Irlande, les secteurs chimique et agroalimentaire étant particulièrement touchés. En vertu de l’accord sur le Brexit, des contrôles douaniers ont été introduits sur tous les biens transportés de la Grande-Bretagne à l’île d’Irlande.

Post-Brexit/Irlande du Nord : Londres appelle à une solution avant le 12 juillet

L’introduction de contrôles douaniers sur les marchandises arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne provoque la grogne des unionistes.

Dans un communiqué assorti aux données publiées, l’ONS indique avoir réalisé des analyses avec le même trimestre en 2018, car il s’agissait de « la période la plus récente lors de laquelle les caractéristiques commerciales observées étaient relativement stables ».

L’institut national admet également qu’il était « difficile de démêler entièrement les répercussions de la Covid-19 et de la sortie du bloc sur le Royaume-Uni et le commerce international alors qu’elles continuaient d’exercer une certaine influence ».

Les importations en Allemagne, le plus grand partenaire commercial du Royaume-Uni, ont chuté de 30,5 % ou 1,7 milliard de livres sterling au cours de la même période.

Le ministre du Brexit, David Frost, a tenté d’édulcorer les impacts de la sortie du marché unique sur le long terme, arguant plus tôt cette année qu’« il [était] frappant que les exportations britanniques vers l’UE dépassent désormais les niveaux moyens de 2020 ».

D’après certains ministres, les baisses enregistrées s’expliquent par les effets de la crise sanitaire et le stockage de certaines entreprises britanniques sises au sein de l’UE en vue de la fin de la période de transition.

Si les exportations britanniques vers le navire européen ont chuté de 40,7 % de décembre 2020 à janvier 2021, les volumes d’échanges commerciaux semblent avoir repris depuis. En mars, l’ONS observait que le commerce des marchandises avec l’UE avait augmenté de 1,8 milliard de livres sterling par rapport à février.

Néanmoins, nombreuses sont les sociétés à avoir signalé des difficultés et des retards engendrés par les nouveaux contrôles et la charge administrative.

Brexit : près de la moitié des européens du Royaume-Uni s’inquiètent pour leurs droits

Près de la moitié des ressortissants de l’Union européenne vivant au Royaume-Uni craignent de voir le respect de leurs droits se dégrader et de ne pas être traités comme les Britanniques à l’avenir, indique une étude publiée jeudi (13 mai).

Subscribe to our newsletters

Subscribe