Gibraltar propose de rouvrir ses eaux aux Espagnols

Frontière de Gibraltar. [European Commission]

Le premier ministre de Gibraltar a déclaré que les eaux entourant le territoire britannique pourraient redevenir accessibles aux pêcheurs espagnols d’ici octobre. Une ouverture qui pourrait résoudre la dispute entre Gibraltar et l'Espagne.

 

 

 

« Dans un acte de bonne foi […] Je demanderai au parlement de modifier la loi afin de rétablir l'autorisation de pêche pour les 59 bateaux en fonction de leurs pratiques traditionnelles de pêche », a expliqué le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, au journal espagnol El Mundo lors d'un entretien le 23 août.

 

Un porte-parole du gouvernement de Gibraltar a confirmé cette déclaration.

 

Le conflit a éclaté en juillet lorsque Gibraltar a installé un récif de blocs de béton dans les eaux autour du rocher. Selon les autorités de Gibraltar, cette décision était nécessaire afin de protéger l'espèce marine de la surpêche.

 

La Commission va envoyer une délégation à Gibraltar

 

M. Picardo a ajouté que Gibraltar ne retirerait pas les blocs de béton et a refusé l'une des solutions de Madrid : des discussions avec l'Andalousie, l'Espagne et la Grande-Bretagne. Gibraltar semblerait toutefois prêt à adoucir sa position et le conflit pourrait ainsi être résolu.

 

Le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel García-Margallo, a récemment déclaré que les contrôles aux frontières se poursuivraient tant que l'Espagne ne redonnerait pas confiance au gouvernement de Gibraltar.

 

Madrid a menacé de porter sa plainte devant les Nations unies. Londres a demandé pour sa part à la Commission européenne d'envoyer une délégation afin de vérifier la conformité des contrôles aux frontières avec les règles de l'UE.

 

L'Espagne revendique la souveraineté du territoire peuplé de 30 000 habitants et cédé à la Grande-Bretagne dans le cadre du traité d'Utrecht en 1713.

 

Outre le renforcement des contrôles aux frontières, l'Espagne a menacé d'imposer une taxe de 50 euros aux touristes, de restreindre l'utilisation de l'espace aérien espagnol ou de bloquer l'industrie lucrative de ravitaillement en carburant pour les bateaux.

 

La Commission européenne devrait envoyer une délégation à Gibraltar en septembre.

Les tensions vieilles de centaines d'années entre les autorités britanniques et espagnoles au sujet de Gibraltar se sont ravivées. Madrid s'est plaint de la construction d'un récif artificiel sur ce territoire britannique d'outre-mer : il bloque les bateaux de pêche espagnols.

 

La question de Gibraltar est une pierre d'achoppement majeure des relations entre les deux pays. Madrid revendique la souveraineté du « rocher » au sud de la péninsule ibérique, cédé à la Grande-Bretagne dans le cadre du traité d'Utrecht en 1713.

 

Le dernier litige en date remonte à juillet 2013 quand des bateaux de Gibraltar ont déposé des blocs de béton au fond de l'eau en vue de créer un récif à l'embouchure de la Méditerranée.

  • Sept. 2013: La Commission européenne devrait envoyer une délégation à Gibraltar pour vérifier la conformité des contrôles aux frontières avec les règles de l'UE

Commission européenne

Presse

Subscribe to our newsletters

Subscribe