Irlande du Nord : l’UE appelle Londres à franchir le pas pour trouver un accord

« J'espère que le Royaume-Uni fera à présent un grand pas vers nous », a déclaré sur la BBC le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, rappelant les « propositions ambitieuses » faites par l'UE. [JOHN THYS / POOL/EPA]

L’Union européenne a exhorté dimanche (21 novembre) le Royaume-Uni à faire un grand pas vers les propositions des 27 pour trouver un accord au sujet de la mise en oeuvre du protocole nord-irlandais prévu dans l’accord de Brexit.

« J’espère que le Royaume-Uni fera à présent un grand pas vers nous », a déclaré sur la BBC le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, rappelant les « propositions ambitieuses » faites par l’UE.

Présentées le mois dernier, elles permettraient selon Bruxelles de réduire d’environ 80% les contrôles douaniers prévus par le protocole.

Prévu pour éviter une frontière qui risquerait de mettre en péril le processus de paix, le protocole est tenu pour responsable côté britannique de difficultés d’approvisionnement en Irlande du Nord.

« Je suis sûr que si Lord (David) Frost », le secrétaire d’Etat britannique chargé du Brexit « et le Royaume-Uni redoublaient d’efforts et venaient trouver un terrain d’entente à mi-chemin, nous pourrions résoudre tous les problèmes qui subsistent », a déclaré M. Sefcovic, notant un « changement de ton dans les discussions ces deux dernières semaines », Londres semblant adopter une approche plus conciliante qu’auparavant.

Dans une tribune publiée dimanche dans Mail on Sunday, David Frost a quant à lui espéré « que l’UE fasse preuve de l’ambition nécessaire pour résoudre le problème en trouvant un accord ».

« Pour ma part, je travaille aussi dur que possible pour trouver un accord. Si nous y parvenons, nous pourrons laisser derrière nous les frictions actuelles et revenir à ce que nous avons toujours voulu : bonnes relations et libre échange avec nos voisins et amis les plus proches », a ajouté l’ex-négociateur britannique du Brexit.

Londres agite toujours la menace de déclencher une clause de sauvegarde de l’accord prévoyant une suspension de certaines dispositions en cas de perturbations majeures, qui fait craindre la perspective d’une guerre commerciale entre Royaume-Uni et UE.

M. Sefcovic a averti vendredi (19 novembre) que le protocole et l’accord de libre-échange entre Londres et l’UE étaient « intrinsèquement liés ».

L’accord de commerce conclu fin décembre 2020, après le divorce entre le Royaume-Uni et l’UE, offre à l’ancien Etat membre un accès inédit sans droits de douane ni quotas à l’immense marché européen.

Le protocole, effectif depuis le début de l’année maintient de fait la province britannique dans l’union douanière et le marché unique européens.

Les négociations se poursuivront à Londres le 26 novembre pour une sixième session depuis l’offre européenne à la mi-octobre.

Pêche : la France promet de « poursuivre le combat »

La ministre de la Mer Annick Girardin a déclaré aux pêcheurs, lors d’un déplacement dans le nord de la France dimanche (21 novembre), que l’exécutif « ne lâchera rien du tout » dans le conflit avec le gouvernement britannique concernant les licences de pêche.

Subscribe to our newsletters

Subscribe