L’UE garde la faveur des industriels britanniques

Cameron Nov 2011_picnik.jpg

Le premier ministre britannique  David Cameron a promis d'organiser un référendum sur la sortie de l'UE en 2017.  Selon un sondage récent, huit industriels sur dix souhaitent que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne.

Les industriels britanniques ne veulent pas sortir de l'UE.  Selon un sondage réalisé auprès de 200 industriels pour la plus grande organisation du secteur au Royaume-Uni (EEF), 85 % des personnes interrogées décideraient de rester dans l'UE en cas de référendum.

Trois entreprises sur cinq estiment que la Grande-Bretagne devrait tenter de réformer l’Europe dans son ensemble plutôt que de bénéficier d’un traitement spécial.

Selon le directeur général de l'EEF, Terry Scuoler, les résultats laissent penser que les industriels souhaitent rester au sein d'une UE reformée et craignent les retombées économiques d'une sortie de l'Union.

« La Grande-Bretagne ne doit pas jouer sur son avenir dans l’Europe. Les enjeux sont énormes », affirme-t-il. « Il est naïf de penser que nous puissions [quitter l’Europe] et continuer comme avant. Des milliards de livres sterling sont en jeu. »

Les résultats de ce sondage alimentent un débat sur l'avenir de la Grande-Bretagne au sein de l’UE. Cette discussion pourrait déterminer si David Cameron remportera un second mandat lors des élections en 2015.

Le premier ministre britannique a promis de renégocier la position de la Grande-Bretagne dans l'UE et d'organiser un référendum à ce sujet d'ici la fin 2017. Une tentative pour apaiser les eurosceptiques de son Parti conservateur et de contrer le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, dont les appels à une sortie de l'UE ont éloigné les électeurs des Tories.

Une majorité des sondés soutient également la campagne de David Cameron en faveur d'une réduction de la réglementation européenne, même s'ils estiment que ce choix ne stimulerait pas beaucoup la croissance. Un rapport du gouvernement sur la réduction de la réglementation européenne devrait être publié dans les prochains jours.

Une autre enquête pour le journal Mail on Sunday révèle que si le référendum avait lieu l'année prochaine, 46 % des électeurs voudraient quitter l’UE, 38 % souhaiteraient y rester et 16 % sont indécis. Certains conservateurs antieuropéens appellent à un référendum anticipé sur la place du pays dans l'UE.

Rester dans l'UE

Si David Cameron parvient à obtenir des concessions de l’UE, les résultats s’inversent : 47 % veulent rester dans l’UE et 30 % veulent en sortir.

Près de la moitié des exportations britanniques vont vers l'UE, le plus grand partenaire commercial de la Grande-Bretagne et un marché unique de 500 millions de consommateurs.

Selon les eurosceptiques, l'UE est une bureaucratie coûteuse et intrusive qui impose une réglementation excessive et menace la souveraineté britannique.

Le sondage est publié une semaine après que le vice-premier ministre proeuropéen, Nick Clegg, a exhorté les entreprises à plaider pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE. Le membre de la coalition gouvernementale bipartite avait indiqué qu'une sortie de l'UE serait un « suicide économique ».

Les organisations antieuropéennes l'ont cependant accusé de tenir des propos alarmistes. Elles indiquent que la Grande-Bretagne pourrait prospérer en dehors de l'UE. Son économie serait plus souple et elle pourrait signer de nouveaux accords commerciaux.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer