La moitié des Britanniques voteraient pour une sortie de l’UE

Cameron Nov 2011_picnik.jpg

Seul un Britannique sur trois voterait pour que le Royaume-Uni reste membre de l’Union européenne, selon un sondage réalisé par Harris Interactive pour le Financial Times.

Si un référendum sur l'appartenance ou non à l'UE était organisé demain, 50 % des personnes interrogées voteraient en faveur d'une sortie de l'Union alors que 33 % voudraient y rester. Quelque 17 % n'auraient pas d'opinion à ce sujet, selon le sondage.

Les conclusions, qui préoccuperont probablement les cercles pro-européens, laissent penser que le sentiment eurosceptique prend de l'ampleur dans l'opinion publique britannique, pouvait-on lire dans le Financial Times lundi (18 février).

Lors d’un discours historique, le premier ministre britannique, David Cameron, a promis d'organiser un référendum en 2017.

Cette promesse est très appréciée par les électeurs : 50 % soutiennent la décision alors que 21 % s'y opposent.

Il s'agirait du premier référendum national sur l'Europe depuis 1975 lorsqu’Harold Wilson, le premier ministre travailliste, avait soumis l'adhésion à la Communauté économique européenne à la consultation publique.

Lors de son discours, M. Cameron a également déclaré qu'il serait en mesure de convaincre l'opinion publique de l’intérêt à rester dans l'UE tant qu'il pourrait renégocier les relations.

Parmi les opposants au maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union, 12 % ont toutefois affirmé qu'ils changeraient « sans aucun doute » d'avis si les renégociations portaient leurs fruits. Quelque 47 % ont déclaré qu'ils pourraient « éventuellement » modifier leur vote alors que 41 % des personnes en faveur d'une sortie ne changeraient certainement pas d'avis à ce sujet.

Certains ont déjà plaidé en faveur d'une campagne pour le maintien au sein de l'UE si un référendum était organisé en 2017. Des syndicats et l'organisation d'employeurs CBI ont averti qu'ils rejoindraient les dirigeants conservateurs, travaillistes et libéraux-démocrates à faire de même.

Même s'ils sont préoccupés par la situation économique, seuls 31 % estiment que l'économie britannique serait plus faible en dehors de l'UE tandis que 34 % pensent que le Royaume-Uni ne bénéficie pas de l'adhésion à l'UE.

Harris Interactive a révélé que les électeurs ne plaçaient l'Union européenne qu'en 14e position sur une liste de 15 priorités pour le Royaume-Uni. Les soins de santé, l'enseignement et la croissance économique arrivent en tête de cette liste.

Pour réaliser son sondage, Harris Interactive a interrogé 2 114 adultes après le discours de David Cameron entre le 29 janvier et le 6 février.

Presse :

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.